La Main de Massiges (51)

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Crédits photographiques : Centre d'interprétation Marne 14-18 (Suippes)Crédits cartographiques : D.R. - Mission du Centenaire 14-18
Accès libre. Temps estimé : 1h à 2h. Attention : sol irrégulier.

Voir quoi ?

L'étonnant réseau de tranchées, boyaux et barbelés du camp de la Main de Massiges, aménagé en 1914 sur le front de Champagne, durant la Première Guerre mondiale.

Son nom étrange vient de la forme très particulière de la colline sur laquelle le camp a été implanté : les versants sont découpés par une série de ravines, dessinant les doigts d'une main.

En l'espace de 4 ans, les Français auront gagné moins de 5 km sur le front de Champagne... Sur cette mince bande de terre, environ 50 000 hommes sont morts : 25 000 soldats français, et à peu près autant d'Allemands.




Qu'est-ce que c'est ?

Le site a été occupé à la suite de la première bataille de la Marne (septembre 1914), pour tenir tête aux troupes allemandes déjà installées sur les reliefs voisins.

Vous pourrez parcourir l'ensemble des tranchées, restaurées et mises en valeur par une association de bénévoles. L'ensemble est déjà évocateur, mais pensez aussi à regarder le paysage criblé de trous des environs : ce sont les cicatrices de l'explosion de bombes souterraines, formant ce qu'on appelle des entonnoirs de mines.

Pourquoi vous propose-t-on un site aussi récent, et qu'est-ce que l'archéologie contemporaine, au juste ? On emploie cette expression pour parler des vestiges des XIXe et XXe s. découvertes lors de fouilles. Cette spécialité a notamment émergé en France avec l'étude des charniers, champs de bataille, camps militaires et lignes de front de la Première Guerre mondiale, redécouverts à l'occasion des grands travaux d'aménagements du territoire, ces 30 dernières années. Il y a maintenant 102 ans que la guerre est finie. Il reste bien sûr des témoignages écrits et filmés, mais plus de survivants. Que faire, sur le terrain, des traces matérielles de cette terrible époque ? Les détruire ? Il a été choisi de les étudier pour ce qu'ils étaient : des vestiges archéologiques, récents peut-être, mais faisant partie de la mémoire des hommes.

Pourquoi y aller ?

La Main de Massiges est un archétype de la guerre des tranchées. Malgré nos cours d'histoire au collège et lycée, il est difficile de se représenter l'horreur de ces lignes de front où survivaient les soldats dans la boue permanente, avec la pluie, le froid mordant, la faim, la maladie, la peur... Ils partageaient ces conditions terribles avec l'ennemi, distant de quelques dizaines de mètres, figé lui aussi dans des tranchées jumelles.

A l'heure actuelle, l'environnement est nettement moins oppressant, mais la visite reste marquante.

Si vous voulez poursuivre votre découverte du front de Champagne et du front d'Argonne, commencez par le Centre d'interprétation Marne 14-18 à Suippes (23 km). Partez ensuite plein Est à Verdun (66 km).

Si Massiges vous a un peu donné le bourdon, direction plein ouest : changez d'époque et aller voir l'antique Durocortorum (Reims, 66 km), son mystérieux cryptoportique et son musée Saint-Rémi (et son champagne, pour oublier les horreurs de la guerre ...).