Le Mur Païen du Mont-Sainte-Odile, Ottrott (67)

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Accès libre, temps estimé : entre 1h et 5h selon les circuits choisis. Sentiers forestiers bien entretenus.

Voir quoi ?

Un énorme mur d'enceinte de 10,5 km, qui s'enroule en trois boucles discontinues autour du mont Sainte-Odile. Conservé jusqu'à 3 m de hauteur, il est composé de blocs monumentaux assemblés par tenons et mortaises et fait entre 1,5 et 2 m d'épaisseur.

Quatre portes, dont deux très bien conservées, percent la fortification. Un tronçon de voie pavée de grandes dalles est aussi conservé à côté de la grotte de l'Etichon. Le mur longe également les vestiges de deux châteaux forts (visitables) et de très belles formations géologiques. Malgré les recherches archéologiques, on ne sait ni de quand date le mur, ni à quoi il servait. Au haut Moyen Âge, il protégeait en tout cas le monastère de Hohenbourg, fondé au sommet de la montagne par sainte Odile, en 680.




Qu'est-ce que c'est ?

Pas besoin d'aller au bout du monde pour admirer des ruines mystérieuses, la preuve : on aimerait beaucoup vous dire exactement à quoi servait le mur païen, mais personne ne le sait !

Il s'agit d'un imposant rempart, mais qui protégeait quoi ? Qu'y avait-il sur le mont Saint-Odile ?

Beaucoup de choses d'époques différentes en tout cas : l'étude architecturale du mur a montré qu'il avait été partiellement refait au VIIe s., au moment de la construction du couvent de Hohenbourg. Sa base pourrait toutefois être beaucoup plus ancienne (âge du Bronze, âge du Fer ou époque romaine) et avoir protégé une agglomération ou un sanctuaire.

Pourquoi y aller ?

Le parcours du mur se suit par des sentiers, très bien balisés, dans la forêt.

Vous verrez aussi , des ruines des deux châteaux médiévaux, de la source Sainte-Odile et du monastère abandonné de Niedermunster, fondé en 700.

Quitte à être là, il faut monter jusqu'à l'abbaye de Hohenbourg ! Ce lieu de pèlerinage se prête à la contemplation et offre une vue unique sur les Vosges.

Pour satisfaire aussi bien les appétits spirituels que corporels, le site accueille également un restaurant gastronomique.