Autour des statues-menhirs des Monts de Lacaune (Murat-sur-Vèbre, 81)

Exploré pour vous par Cécile le 24 juillet 2020 - Temps de lecture : 4 mn

Accès libre - Temps de visite estimé : 25 mn au musée ; 1 à 5 h pour les circuits de promenade (en voiture ou en randonnée pédestre) entre Saint-Sernin-sur-Rance et Murat-sur-Vèbre.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Voir quoi ?

  1. Au centre d'interprétation des statues-menhirs de Murat-sur-Vèbre, départ de votre journée : une incroyable collection de statues-menhirs, rassemblant les originaux ou les fac-similés d'une quinzaine de sculptures découvertes autour des Monts de Lacaune.

Le phénomène des statues-menhirs est très important pour comprendre les populations du Néolithique : en Europe, ce sont les toutes premières œuvres monumentales sculptées en ronde-bosse (sur tous les côtés) à représenter des humains, hommes et femmes, bien différenciés.

  1. A partir de Murat-sur-Vèbre, de très beaux circuits, à pied ou en voiture, sont proposés pour voir les statues dans leur environnement d'origine, où des reproductions ont été installées. Vous serez à cheval sur le Tarn et l'Aveyron.

Après avoir compris au musée ce qu'étaient les statues-menhirs, c'est l'occasion de découvrir les paysages dans lesquels les hommes du Néolithique évoluaient. Plusieurs dolmens, vestiges d'anciennes nécropoles mégalithiques de la même époque, sont aussi sur la route !

Qu'est-ce que c'est ?

Les statues-menhirs, comme vous l'avez deviné, sont une évolution des menhirs, d'où leur nom. Elles gardent du menhir la forme ramassée, mais leur surface est bien égalisée et finement sculptée.... et elles représentent des hommes et des femmes !

La tête est toujours assez schématique, mais on voit très bien les deux bras et les jambes, ainsi que les attributs permettant de distinguer très clairement (pour les hommes du passé du moins) le sexe et le statut social de l'individu représenté : seins dans le cas des femmes, ceinture, baudrier, poignard long, arc, colliers et autres ornements.

De ces premiers modèles de statues-menhirs, façonnées jusqu'à l'âge du Bronze, sont nées les statues de l'âge de Fer, de plus en plus réalistes, que l'on retrouve aussi en grand nombre dans tout le Languedoc et la Provence.

Au fil des siècles, elles gagnent en volume, en finesse et en précision, mais leur sens semble peu évoluer : elles mettent en scène des personnages importants pour la communauté (dirigeants, guerriers, prêtres), des héros et/ou des divinités.


Pourquoi y aller ?

Nous vous proposons un circuit dans le Tarn parce que les statues des Monts de Lacaune sont très belles et très proches les unes des autres, dans des paysages magnifiques.

Toutefois, les statues-menhirs ne sont pas un phénomène propre au Tarn. Le cœur de cette culture néolithique est l'Aveyron (l'ancienne province du Rouergue), et l'on retrouve des statues-menhirs dans tout le Languedoc et la Provence. C'est à Rodez (2h de route), au musée Fenaille, que se trouve la plus belle collection du Midi de la France.

Car la sculpture de statues-menhirs n'est pas une spécialité du Rouergue ! On trouve par exemple des groupes de statues extraordinaires, sculptées par d'autres communautés, néolithiques ou de l'âge du Bronze, en Corse et dans les Alpes d'Italie du Nord. Beaucoup plus loin à l'Est, ce fut aussi une particularité des populations du sud de l'Ukraine, du littoral roumain et de la Crimée. Il en existe encore en Bretagne, dans toute la moitié ouest de la péninsule ibérique et en Catalogne, sans que l'on puisse faire de lien direct avec les découvertes du Sud de la France, même si les types de représentation sont très proches.