L'inscription des Escoyères, Arvieux (05)

Exploré pour vous par Maxence, le 28 juil. 2020 - temps de lecture : 4 mn

Durée du parcours : 1/2 journée, ou plus !

Voilà un site archéologique qui se mérite ! A pied ou en voiture, il vous transportera 2 000 ans en arrière, peu après qu'Auguste ait bataillé pour vaincre les peuples alpins !

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Accès libre - Temps de visite : 10 mn

Voir quoi ?

Y aller, c'est déjà une expédition ! Ne loupez pas la route qui part de la D902 et de la très escarpée vallée du Guil : c'est là que commence l'aventure et les lacets jusqu'aux hameaux des Esponces et des Escoyères. De là partent des sentiers qui mènent à la chapelle Sainte Marie-Madeleine. Pourquoi vous mener ici ? Parce que cette charmante chapelle, perchée sur une hauteur, comporte des linteaux bien originaux : deux fragments, très bien taillés, d'une inscription romaine. De belle taille, les linteaux ont été retaillés pour obtenir une forme arrondie. Évidemment, l'inscription n'est plus complète (le bloc d'origine devait mesurer environ 2 m sur 70 cm). Et pourtant, elle est d'un intérêt historique majeur ! Voilà pourquoi :

Crédits : Anne Roth-Congès

Qu'est-ce que c'est ?

Je vous passe les querelles de chercheurs, qui ne seront jamais d'accord sur la restitution exacte des parties détruites !

Malgré tous les mots manquants, qu'apprend-on ?

  • d'abord, qu'il s'agit d'une stèle funéraire, installée dans ou à proximité d'un mausolée

  • la stèle elle-même rappelle que ce tombeau a été édifié par une riche famille indigène (les Bassulus).

  • enfin, on apprend que l'un des fils, Albanus, a exercé une fonction bien particulière : il a été préfet (administrateur) de plusieurs peuples de ce secteur : Capillati, Savincates, Quariates et Bricianii.

  • Ces quelques mots nous content ainsi l'histoire de la conquête des Alpes : soumis par Auguste, les peuples de la région ont été laissés en auto-gestion pendant quelques décennies : les grandes familles ont continué à diriger l'ancien royaume des Alpes Cottiennes, Rome demandant en retour la sécurité et l'entretien des très importantes routes transalpines. Datée des années 40-60 apr. J.-C., l'inscription des Escoyères est ainsi un petit résumé de la force de la conquête romaine : soumettre, mais surtout utiliser les forces en présence et les intégrer !

  • une dernière petite chose amusante : grande famille ou pas, les enfants Bassulus avaient un nom unique, qui montre qu'ils n'étaient pas encore citoyens romain. On peut penser que tout cela est venu... à la génération suivante !

Pourquoi y aller ?

Le lieu est magnifique, tout simplement ! Je vous y enverrai même s'il n'y avait pas l'inscription ! Profitez simplement des paysages, de la tranquillité et des petites promenades que vous trouverez autour !

Évidemment, monter là-haut vous permettra de vous mettre dans la peau d'un riche Gaulois alpin pour qui la vie est en train de changer. Que faisaient-ils ici ? Si le mausolée de cette famille était par ici, c'est forcément en raison d'un attachement profond. On peut imaginer qu'on se trouve au coeur de domaines de montagne, qui étaient source de prospérité et de pouvoir pour ces anciens chefs de peuples alpins.

Ça n'est pas à côté, mais deux inscriptions majeurs nous racontent la même histoire de soumission des peuples alpins : le très célèbre Trophée de La Turbie, mais également le moins connu (et plus proche) arc de Suse (Italie).