L'abbaye troglodytique Saint-Roman, Beaucaire (30)

Exploré pour vous par Cécile le 28 mai 2020 - Temps de lecture : 3 mn

Entrée payante - Temps de visite estimé : 1h30 - accès au site par un sentier de randonnée, nombreux escaliers

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Voir quoi ?

Installée sur (et dans !) un piton rocheux, cette très étonnante abbaye présente la particularité d'être entièrement taillée dans la roche, des pièces de vie à la chapelle et aux tombes de la nécropole.

L'essentiel des vestiges visibles date du haut Moyen Âge : L'entrée monumentale donne accès aux cellules des moines, à la chapelle (avec le très beau siège de l'abbé sculpté dans la roche) et aux salles collectives, tout aussi spectaculaires.

Des escaliers desservent plusieurs étages et paliers depuis le point culminant du rocher jusqu'à sa base. Sur deux terrasses au sommet, la nécropole mérovingienne est la partie la plus spectaculaire du site.

Crédits : GFreihalter / CC BY-SA

Qu'est-ce que c'est ?

Saint-Roman est un monastère construit entre le Ve s. et le XIVe s., au sommet d'un piton calcaire blanc-jaune qui donne à l'ensemble une couleur chaude et mystérieuse.

Très peu nombreux à l'origine, les ermites du rocher de l'Aiguille suivaient l'exemple des ermites orientaux, dont Saint Roman, dont ils se revendiquaient, et cherchaient dans les entrailles de la pierre le dépouillement (et la fraîcheur) propice au développement de leur foi. Leurs cellules étaient alors des grottes naturelles, déjà nombreuses dans le piton rocheux.

Le modèle a semble-t-il un peu trop fait recette, et la solitude de la vie érémitique n'était au VIIe s. déjà plus qu'un lointain souvenir.

Rattaché à l'ordre bénédictin, un monastère plus étendu et structuré a alors été construit. De plus en plus prospère, le monastère a attiré des pèlerins à partir du XIIe s., qui venaient se recueillir devant les reliques de Saint Césaire et Saint Trophime.

Au XIVe s., le monastère a même accueilli, sous le patronage du pape d'Avignon Urbain V, un studium, une sorte de collège. Le rocher, creusé de la base au sommet, était un véritable gruyère grouillant de monde !

L'abbaye est finalement progressivement tombée en déshérence à partir du XVe s. avant d'être finalement vendue à un seigneur local au XVIe s.

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Pourquoi y aller ?

Saint-Roman est un site exceptionnel, méconnu.

Rien que la petite marche d'approche dans la garrigue vaut le coup et donne envie d'aller randonner en face, sur la Montagnette.

La vue est incroyable en haut du promontoire, et l'on se met sans difficulté à la place des ermites qui se sont retirés du monde sur ce rocher, surplombant les collines et le Rhône depuis leur falaise.

Pour rester au Moyen Âge, ne manquez pas le verrou du Rhône : les deux châteaux face à face de Beaucaire et Tarascon, de part et d'autre du fleuve ! Le château du Roi René d'Anjou (Tarascon), qui date du XVe s., est particulièrement impressionnant, mais celui de Beaucaire, beaucoup plus ancien (XIIe s.), est beaucoup plus sauvage et authentique !

On ne peut tout de même pas visiter la région d'Arles sans goûter (au sens propre !) aux charmes de l'Antiquité ! Ainsi, toujours à Beaucaire, allez voir le Mas des Tourelles, où l'on peut voir une reconstitution d'un pressoir à vin romain. Cette exploitation viticole, bâti à l'emplacement d'un ancien domaine gallo-romain, fabrique du vin "à la romaine", que l'on peut goûter et acheter !

Moins insolite mais incontournable, bien sûr, nous ne pouvons que vous recommander vivement la journée à Arles, pour apprécier pleinement les différents sites et musées antiques, et pour vivre le charme de cette très belle cité médiévale, au cœur de laquelle il ne faut surtout pas manquer le cloître de la cathédrale Saint-Trophime !