La Tour d'Urkulu, Orbaitzeta (Espagne)

Exploré pour vous par Maxence, le 30 juil. 2020 - temps de lecture : 3 mn

Durée du parcours : 30 mn de montée à pied

Bien connu des pèlerins de Saint-Jacques, cet imposant monument antique du Pays Basque est situé dans la province historique de Basse Navarre,à la frontière entre la France et l’Espagne, sur une hauteur (1417 m) qui domine le col d’Arnostéguy. Il nous raconte l'histoire de la conquête de l'Aquitaine et des communications transpyrénéennes durant l'Antiquité.

Carousel imageCarousel imageCarousel image

Voir quoi ?

Depuis le parking du col d'Arnosteguy, on en devine déjà la silhouette, perchée sur une petite falaise. Une petite montée à travers la prairie vous y mènera (30 mn de marche environ).

Cette tour circulaire massive de 19 m de diamètre est construite en gros blocs. L'intérieur du monument est plein : rempli par des éclats de calcaire, provenant sans doute de la taille des pierres du parement.

Le profil légèrement tronconique et les comparaisons architecturales permettent d'imaginer que la tour s'élevait sur une dizaine de mètre de hauteur (presque un immeuble de 3 étages).

Les fouilles menées en 1989-1990 ont mis au jour un petit édifice en U, au pied de la tour, qui pourrait être un autel (édifice non conservé).

Une maison fortifiée située à côté de la tour est du XVIIIe siècle, et liée au contrôle de la frontière franco-espagnole.

Crédits : Diego Brouard - Flickr
Crédits : Pompilos / CC BY-SA

Qu'est ce que c'est ?

Cette tour est connue depuis fort longtemps. Elle a été interprétée comme un enclos funéraire gaulois, un vestige du passage de Charlemagne (Roncevaux n'est pas très loin !) ou encore le Trophée de Pompée, depuis identifié au sud de Perpignan.

En réalité, la tour d'Urkulu est aujourd'hui considérée comme un trophée destiné à commémorer la soumission définitive des peuples d’Aquitaine en 29-27 av. J.-C. Ces campagnes ont permis de sécuriser définitivement la région, y compris les hautes vallées pyrénéennes.

Contrairement à d’autres trophées de la même période (Trophée de la Turbie, Trophée de Pompée), le trophée d’Urkulu n’était pas fait pour être visité, mais pour être vu de loin et rappeler la toute-puissance de Rome. Il marquait ainsi les voyageurs qui empruntaient la voie traversant les Pyrénées et joignant les agglomérations de Pampelune (Pompaelo) et Saint-Jean-le-Vieux (Imus Pyrenaeus).

Les Pyrénées autour d'Urkulu - Crédits : Ksarasola / CC BY-SA
Le cromlech du col d'Azpegi - Crédits : Ángel M. Felicísimo / CC BY-SA

Pourquoi y aller ?

C'est un très beau tour au coeur de la Basse Navarre, avec une promenade facile (un peu raide quand même !) sur l'itinéraire très fréquenté de Compostelle. La tour nous rappelle que ces secteurs de montagne ont souvent été le lieu d'affrontements importants, aujourd'hui oubliés, mais qui ont parfois façonné durablement nos frontières ! Mettez-vous dans la peau d'un voyageur qui voyait émerger la tour de la brume (il y en a souvent !), et se souvenait que ces passages étaient encore fort dangereux quelques décennies auparavant !

Pour les sportifs, il existe plusieurs petites randonnées autour d'Urkulu. Une boucle vous emmènera depuis le col (piste en face, à gauche de l'enclos) jusqu'à la crête de Soroluze : traces d'une redoute (bastion défensif de contrôle de la frontière) et de nombreux dolmens et cromlechs avant de remonter vers la tour.

Le cromlech du col d'Organbide - Crédits : Ángel M. Felicísimo / CC BY-SA

Dans ce secteur de la montagne basque, il y a autant de mégalithes, dolmens et cromlech que de moutons, ou presque ! Ils nous rappellent que durant des millénaires avant les Romains et les pèlerinages, la fréquentation de ces montagnes a été très forte. Sans être exhaustif, vous en trouvez quelques beaux regroupements au col d'Azpegi (cromlechs au bord de la route) ou au col d'Organbide.

A cheval sur la frontière, vous aurez le choix pour aller visiter Roncevaux, lieu historique de la défaite de Charlemagne en 778 (très bel ensemble de bâtiments religieux et civils du Moyen Âge) ou, de l'autre côté, Saint-Jean-Pied-de-Port, splendide petite ville fortifiée (ne manquez pas la très curieuse Prison des Évêques !).