La nécropole d'Audun-le-Tiche (57)

Exploré pour vous par Cécile le 04 juin 2020 - Temps de lecture : 3 mn

Accès libre - Temps de visite estimé : 1 h - Commandez en ligne votre visite guidée

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Crédits : Pierre Heckler - Le Républicain Lorrain

Voir quoi ?

Une magnifique et très mystérieuse nécropole mérovingienne !

Perdues au milieu de la forêt, recouvertes de mousses, 201 tombes (sur les 250 que comptait la nécropole) sont présentées au public.

Protégées depuis peu, elles sont accessibles en visite guidée, par la SAHLA (Société Audunoise d’Histoire Locale et d’Archéologie). Le site est cependant bien visible depuis l'extérieur des grilles. Sortant du sentier de promenade, au milieu d'une clairière, on a la surprise de tomber sur ces dizaines de sépultures, dont il reste les contours maçonnés et plusieurs sarcophages monolithiques impressionnants.

Le côté insolite de la découverte tient aussi au fait qu'il n'y a aucun bâtiment visible dans les alentours directs, et qu'on se demande donc obligatoirement d'où sortaient ces défunts, et qui les a enterrés là ?!

S'il ne semble rien rester de cette population, le riche mobilier qui accompagnait les corps dans les tombes (parures, monnaies, armes - dont les fameux scramasax, vases...) a permis de dater le cimetière de la fin du VIIe / début du VIIIe s.

On regrettera sur place la coupe des arbres qui donnaient tant de charme au site jusqu'à ces dernières années, mais il en allait de la sauvegarde des tombes, que les racines disloquaient.

Crédits : Mairie d'Audun-le-Tiche
Crédits : CH57390 / CC BY-SA

Qu'est-ce que c'est ?

La nécropole avait été implantée à proximité d'une petite agglomération romaine en cours d'abandon, le très évocateur site d'Aquaeductus, dont de nombreux fragments de décors et sculptures ont resservi dans l'architecture des tombeaux.

Il faut la visite guidée pour détecter sur place les traces de ce passé antique. De fait, la nécropole se trouve sur un sanctuaire gallo-romain, utilisé du Ier au Ve s. Comprenant d'abord d'un petit fanum (ces temples typiques de la Gaule), sans doute dédié à Mercure, composé d'une haute pièce carrée (la cella) entourée d'une galerie, il lui a été adjoint un second édifice au Ve s.

Les défunts de la nécropole n'avaient toutefois pas de rapport avec ces cultes romains. Cependant, les Francs enterrés à Audun-le-Tiche n'étaient peut-être pas tous chrétiens ! Quelques découvertes, dont une grande stèle sculptée en croix, montrent que certains l'étaient, mais cela correspond aux tombes les plus tardives.

La désaffection de la nécropole a d'ailleurs sans doute eu pour origine la construction dans la vallée d'un lieu de culte chrétien, qui a dès lors agrégé autour de lui les tombes des fidèles.

Pourquoi y aller ?

Pourquoi visiter cette nécropole ? Et bien évidemment pour la promenade et l'histoire de ce site, plus ancien qu'il n'y paraît... mais aussi pour une particularité des coutumes funéraires dont il ne reste, hélas, rien de visible (du moins tant que le nouveau musée n'ouvre pas ses portes, car vous y verrez des collections archéologiques étonnantes).

Les populations qui ont enterré leurs morts à Audun-le-Tiche avaient en effet de bien étranges rituels : au lieu d'être sagement allongés dans leurs tombes et voués au repos éternel, les corps subissaient des tas de manipulations post-mortem, avant d'être placés dans leur dernière demeure. Ouf, enfin tranquilles !

Certaines tombes contenaient ainsi des corps immobilisés par de très grosses pierres, tandis que d'autres squelettes ont révélé des indices de mutilations, de dislocations des membres, de décapitations et de prélèvement de crânes, dont plusieurs portaient des traces d’enclouage.

Ces étranges coutumes restent encore inexpliquées. Alors si vous avez des idées ...