Chez les Elusates (Gers)

Exploré pour vous par Cécile, le 25 juin 2020 - temps de lecture : 3 mn

Temps de visite estimés : Séviac : 1 h - Musée d'Eauze : 30 à 45 mn - Domus de Cieutat : 30 à 45 mn. Comptez environ 3 h en tout, avec les temps de déplacements entre les sites. Préparez votre visite

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Voir quoi ?

Bienvenue chez les Elusates, le peuple gaulois qui occupait dans l'Antiquité l'actuel département du Gers. Il y a beaucoup de choses à voir chez eux, mais nous avons choisi de mettre l'accent sur les alentours de leur capitale, Elusa (Eauze).

Nous vous proposons donc de découvrir 3 sites majeurs qui peuvent être visités dans la même journée :

  1. l'immense villa de Séviac, à Montréal, aux tapis de mosaïques incroyablement bien conservés ;

  2. le musée archéologique d'Eauze, où vous admirerez son magnifique trésor d'or, d'argent et de pierres précieuses ;

  3. la belle domus de Cieutat à Eauze toujours, qui permet de découvrir un îlot urbain du centre de la ville romaine.

Crédits : Digivision - ELUSA Capitale antique
Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

1. La villa de Séviac, Montréal

La villa de Séviac est unique en France par la richesse et la diversité de ses mosaïques. L'état visible est celui des IVe-VIe s.

On visite la maison comme à l'époque romaine, en entrant par un vestibule monumental. A l'intérieur, on est tout de suite saisi par la chaleur de la lumière, des sols de mosaïques très colorés et des colonnades de marbre gris, rose et blanc. La piscine principale des bains, qui conserve encore sa mosaïque de sol et ses parois de marbre, donne envie d'y plonger !

A partir du Ve s., les habitants devenus chrétiens ont fait construire un baptistère et une petite église dans une aile de la maison. Un cimetière s'est développé autour entre le VIIe et le Xe s., ce qui explique la présence de sarcophages sur le site. A cette époque, plus personne ne vivait là.

Une villa romaine est un domaine rural qui comprend une zone dédiée au travail agricole et une luxueuse demeure de maître. A Séviac, seule la partie résidentielle est présentée au public, mais cela suffit déjà largement. Ce n'est pas la plus grande ni la plus riche de la région, mais sa particularité est de présenter de magnifiques tapis de mosaïques, encore en place sur les sols des pièces et galeries, ce qui est tout à fait inédit !

Avec le jardin central reconstitué et les piscines des thermes, cela aide vraiment bien à s'imaginer la vie paisible des aristocrates de l'Antiquité. On s'y verrait sans problème !

Séviac est un site qui sort vraiment de l'ordinaire, mais qui n'est pourtant pas trop fréquenté. On n'en apprécie que davantage les vestiges, qui font l'objet d'une mise en valeur très réussie. Un livret détaillé vous est remis à l'accueil et vous permet de vous guider dans la maison qui compte, pour la partie fouillée, une quarantaine de pièces.

Carousel imageCarousel imageCarousel image

2. Le musée archéologique du trésor d'Eauze

Le nom dit tout : c'est le musée du trésor !

Deux salles lui sont entièrement consacrées, et ce n'est pas trop pour apprécier les 28 000 monnaies de bronze et d'argent, les dizaines de bijoux en or, perles et pierres précieuses, ainsi que les autres objets de valeur, de l'argenterie notamment.

Le reste des salles est très intéressant également : en présentant la vie quotidienne à l'époque romaine à Elusa et dans la région, il permet de mieux comprendre qui étaient les propriétaires du trésor.

Enfoui à la fin du IIIe s., ce dernier a été découvert en 1985 à côté de la domus de Cieutat, dans un quartier résidentiel de la ville d'Elusa.

On ne sait pas vraiment pourquoi il a été constitué puis caché. Pour prévenir un pillage, en période de troubles ? Pour conserver ses richesses, comme dans un coffre-fort ?

Si c'était le cas, les héritiers ont dû grincer des dents, car son propriétaire est mort sans avoir révélé sa cachette !

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
Carousel imageCarousel imageCarousel image

3. La domus de Cieutat, Eauze

En périphérie du charmant village d'Eauze, l'ancienne gare a été reconvertie en un efficace centre d'interprétation de la ville romaine, Elusa, qui s'étendait dans la plaine autour du château de Cieutat. Il ne reste rien de la ville à part la domus de la gare (c'est-à-dire la domus de Cieutat) et les objets présentés au musée d'Eauze.

La visite du centre d'interprétation n'est pas un bonus : bien mieux qu'au musée d'Eauze, il éclaire sur la situation de la ville antique et son histoire, et propose de très belles restitutions virtuelles de la domus de Cieutat.

A quelques 200 derrière l'ancienne gare, vous découvrirez, Les vestiges, très bien mis en valeur, d'une riche maison romaine. Les murs ne dépassent pas 1 m d'élévation, mais cela n'est pas gênant. En effet, une grande maquette de la maison ainsi que de nombreux panneaux, judicieusement placés le long du petit parcours de visite, aident bien à comprendre le site.

Sa grande entrée au seuil monumental et ses deux jardins intérieurs aident à s'immerger dans la vie de cette grande maison, qui compte 32 pièces et deux galeries couvertes, rien qu'au rez-de-chaussée.

Autour d'Eauze, et ensuite ?

Pour compléter ce panorama de la vie aisée des notables dans l'Antiquité, en ville comme à la campagne, allez voir, à 40 km au sud-est d'Eauze, sur la commune de Biran, l'étonnante tour tombeau de la Tourrache, qui émerge d'un champ. Elle donne une excellente idée des mausolées monumentaux que se faisaient construire les élites rurales pour qui, comme à la villa de Séviac, rien n'est jamais trop grand ni trop voyant !

Enfin, pour décompresser un peu de toutes ces romanités, partez pour une balade (gastronomique ?) parmi les superbes bastides, ces villes neuves du Moyen Âge de l'Armagnac. Nous vous conseillons en particulier de faire une halte sur la grand place de Barbotan-les-Thermes (19 km d'Eauze) avant de pousser jusqu'à La Bastide d'Armagnac (14 km après Barbotan, sur la même route), pour déguster... devinez quoi ?