Les Étrusques en 10 questions

Les Étrusques et leurs voisins

Raconté pour vous par Cécile, le 18 mai 2021 - temps de lecture : 4 mn

Où ? Italie, Sardaigne, Corse, France, Espagne - Quand ? vers 750 - vers 250 av. J.-C. - Période : âge du Fer - époque romaine

Il serait dommage de limiter l’image des Étrusques à celle de l’histoire de l’Italie. En effet, c’était un peuple tourné vers l’extérieur, vers l’Orient méditerranéen, la mer bien sûr, mais aussi vers les Alpes, et ils ne se sont jamais renfermés sur eux-mêmes. Ils formaient ainsi un peuple ouvert d’esprit et sensible à des influences culturelles étrangères variées.

Illustration : bague en or au cartouche d'inspiration égyptienne, adoptée par les Phéniciens au VIIe s. et diffusée par eux dans toute la Méditerranée. Ce style est ici repris par des orfèvres de Cerveteri, vers 550 av. J.-C. - Museo Nazionale Etrusco, Rome. Dans Les Étrusques et la Méditerranée. La cité de Cerveteri : catalogue de l’exposition Louvre-Lens, 2013.

6. D'où viennent les Étrusques ?

On considère actuellement que la civilisation étrusque, telle qu’on la voit se structurer au VIIIe s., est le fruit de mélanges génétiques et culturels entre les populations autochtones de l’âge du Bronze et toutes les vagues d’immigrants qui ont atteint le centre de la péninsule italique entre les années 1200 et 800 av. J.-C.

Parmi ces derniers, il est vraisemblable d’y inclure des Grecs et des colons venus d’Asie mineure, suivant ainsi certains auteurs antiques qui voyaient les Étrusques comme les descendants de populations de Méditerranée orientale. Cette région connût en effet à la fin de l’âge du Bronze de profondes mutations, qui ont pu conduire à la migration de grands groupes d’individus.

Les essais d’analyses ADN effectuées sur des squelettes archéologiques pour essayer de résoudre le mystère de l’ethnogenèse des Étrusques n’ont pas encore donné de résultats recevables.

Urne funéraire et son couvercle de la Culture de Villanova, fin de l'âge du Bronze (vers 900-800 av. J.-C), Étrurie méridionale. Les cendres du défunts étaient enterrées dedans. Les deux éléments sont des pièces du vaisselier : une cruche et une coupe à anse - Musée du Louvre / D. Lebée et C. Deambrosis

Sur le plan strictement archéologique, les aïeux directs des Étrusques sont les Villanoviens, qui avaient construit au début de l’âge du Fer, vers 900-750 av. J.-C., une brillante culture, marquée notamment par une production de bronzes et de céramiques d’une grande finesse et par des rites funéraires originaux, sur les territoires qui seront ceux de l’Étrurie. Les traits culturels étrusques qui émergent progressivement au cours du VIIIe s. av. J.-C. sont les évolutions de ceux de la culture de Villanova.

Carte de répartition de la culture de Villanova (hachures) - dans Les Étrusques, un hymne à la vie : catalogue de l’exposition de la fondation Dina Vierny - Musée Mayol (Paris). Gallimard, 2013.
Une production typique de l'art villanovien : les bronzes. Urne funéraire en bronze en forme de maison, vers 750-700 av. J.-C. Nécopole de Montarano, Falerii Veteres - Museo Nazionale Etrusco
Urne funéraire (pour les cendres du défunts) en céramique, représentant un cavalier sur sa monture, elle-même sur le dos d'un taureau portant des ailes d'oiseau (incisées). Bologne, nécropole Benacci, vers 725-700 av. J.-C. - Museo Civico Archeologico di Bologna
Gourde en bronze doré, vers 750-700 av. J.-C., Italie centrale - RMN Grand Palais / Musée du Louvre - S. Maréchalle

7. De grands marins et de grands marchands

La découverte de mobilier étrusque sur de nombreux plusieurs sites archéologiques en Espagne, en Corse, sur le littoral provençal et languedocien, mais aussi loin dans les terres en France continentaleBourges ou Lyon par exemple) et jusqu’en Allemagne du sud, a très vite prouvé que les Étrusques étaient des négociants hors pair.

Bourges : Oenochoe (cruche pour le service du vin) en bronze du tumulus de Prunay "la butte", Morthomiers - Archives départementales du Cher, F. Lauginie
Le mobilier encore en place de la tombe étrusque d'Aléria (vers 350-300 av. J.-C.), fouillée en 2019. A l'arrière plan, un miroir de bronze et des vases en bucchero nero - INRAP, R. Haurillon, pour le magazine Géo.
L'une des boucles d'oreille en or de la défunte de la tombe d'Aléria - INRAP, P. Druelle

Leur spécialité était le commerce maritime à longue distance, qualité qu’ils partageaient avec les Carthaginois, et qui les opposa plusieurs fois aux Grecs. La prépondérance étrusque dans ce domaine a connu son apogée au VIe s. av. J.-C. Diverses productions connues par des découvertes d'amphores spécifiques, comme du vin, de l’huile d’olive, des saumures de poissons, mais aussi et de la céramique précieuse et des bronzes se retrouvent ainsi en Sardaigne, sur les sites celto-ligures de l’Aude comme Pech Maho, ou encore dans les colonies grecques comme Agde (Hérault) ou Ampurias (Catalogne).

llustration : dans É. Gailledrat et A. Vacheret, Lattes/Lattara (Hérault), comptoir étrusque du littoral languedocien, Gallia - En ligne, 77-2, 2020

Par les voies fluviales et terrestres, les Étrusques ont fait pénétrer leur art et certains aspects de leur culture, comme la consommation de vin et le cérémonial l’accompagnant (avec l’ensemble des vases et coupes précieuses dédiées au service), loin au Nord, par delà les Alpes. Ils étaient ainsi en contact avec les fastueuses Principautés celtiques de l’Allemagne du Sud et de France.

C’est ainsi que le prince celte de l’extraordinaire tombe de Hochdorf (Ludwigsburg, Bade-Wurtemberg) a été inhumé, au VIe s. av. J.-C, sur un magnifique trône-banquette étrusque en bronze, chaussé de bottines à bout pointu recouvertes de feuilles d’or, elles aussi typiquement étrusques.

Reconstitution de l'intérieur de la chambre funéraire du prince du Hochdorf - jnn95 / CC BY-SA
Détail du trône étrusque : l'un des pieds, figurant des acrobates en mono-roue soutenant l'assise du trône - ArcTron 3D
Reconstitution de l'intérieur de la tombe de la princesse de Vix. Au premier plan à gauche : les plats en bronze étrusques - A. Maillier / Musée du Pays châtillonnais.

En Bourgogne, au début du Ve s. av. J.-C., la Princesse de Vix s’est faite accompagnée dans la mort par un luxueux mobilier funéraire lié à la cérémonie du vin, dont l'impressionnant cratère (vase géant pour le vin pur) fabriqué en Grande Grèce (Italie du Sud) et de larges plats en bronze de facture étrusque.

8. Étrusques, Grecs, Romains … mais aussi Carthaginois et Celtes !

Sur les peintures murales des tombes de la nécropole de Monterozzi, à Tarquinia, figurent de nombreuses scènes de danses et de musique, données à l'occasion de jeux et spectacles rituels propres aux Étrusques, bien que le style de dessin soit inspiré de la culture grecque - Danseurs de la tombe de la tombe du Triclinium - Unknown Author / Public Domain

Les interactions entre Étrusques et Grecs ont été très riches, ces derniers ayant notamment beaucoup influencé les techniques et les codes esthétiques de l’art étrusque, tant en peinture qu’en architecture.

Ce lien tenait aux apports de populations venant de Grèce continentale ou d’Asie mineure, installées en Étrurie au cours des VIIIe-VIe s. av. J.-C., mais aussi aux contacts avec les colonies de Grande Grèce, c'est-à-dire du Sud de l’Italie.

Toutefois, on s’aperçoit vite que ces emprunts stylistiques sont surtout formels : ils sont utilisés pour exprimer des idées et des traits culturels proprement étrusques.

Ainsi, les remarquables peintures murales des tombes étrusques accompagnent une symbolique et un rapport à la mort différents de ceux des Grecs.

Les Étrusques étaient aussi très bien connus des Romains, auxquels ils se sont violemment heurtés lors de la conquête progressive de la botte italienne par Rome, entre le Ve et le IIIe s. av. J.-C.

La famille étrusque des Saties, de Vulci, mettent en scène leurs exploits militaires contre les Romains. Fresque de la tombe François, Vulci, vers 350-330 av. J.-C. Les inscriptions donnent les noms des protagonistes. Scène de la libération de Caile Vipinas par son ami Maxtarna, tandis que trois autres étrusques Aules Vipinas, Larth Ultes et Rasce se battent avec Cneve Tarchunies Rumach (un romain de la famille Tarquinia), Laris Papathnas Velznach, Pesna Arcmsnas Svetimach et Venthi Cavles. Dessin de Carlo Ruspi (1862) - Carlo Ruspi / Public Domain

Toutefois, les deux communautés étaient très proches, et il est vraisemblable qu’une partie de la population initiale de Rome était étrusque.

Romulus lui-même assura les rites de fondation de l’Urbs en suivant les pratiques divinatoires étrusques.

Illustration : guerriers étrusques du Ve s. av. J.-C. : deux lanciers portent un compagnon mort. La disposition particulière du groupe est due au fait qu'il s'agit de la poignée d'un couvercle. C'est pourquoi le mort est raide et horizontal - Museo Nazionale Etrusco, Rome

On n’oubliera pas non plus que trois rois étrusques ont régné sur Rome aux VIIe et VIe s. av. J.-C. ! Durant les siècles qui suivirent, les liens et échanges entre Rome et les cités étrusques du Latium restèrent encore très étroits. Ainsi les célèbres courses de chars et les combats de gladiateurs sont des traditions étrusques !

Représentations de combats donnés au IVe s. av. J.-C. lors de jeux funéraires. Équipements et postures de combats sont proches de ceux de la gladiature. Paestum, tombe lucanienne de la nécropole de Laghetto, vers 350 av. J.-C - Dave & Margie Hill / CC BY-SA

Tout à l'histoire grecque et romaine, on oublie souvent que les Étrusques ont aussi été en contact étroit avec deux autres grandes civilisations : les puissants Carthaginois de Tunisie et de Sicile, et les turbulents celtes de la vallée du Pô.

Avec les Carthaginois, les relations étaient cordiales et ils ont plusieurs fois noué avec eux des alliances militaires, même s’ils étaient de redoutables concurrents dans le domaine économique. Des communautés carthaginoises étaient peut-être installées dans plusieurs villes côtières d’Étrurie et auraient pu se fondre à la population. C’est ce qu'indiquerait la dédicace du temple B du grand port de Pyrgi, refait à la fin du VIe s., av. J.-C., qui était dédié à la déesse étrusque Uni, assimilée dans le texte à l’Astarté carthaginoise.

Illustration : les trois plaques d'or de la dédicace du temple B de Pyrgi, rédigées en étrusque et en carthaginois (celle du centre), vers 500 av. J.-C. - Museo Nazionale Etrusco, Rome
Combat entre un cavalier étrusque et un guerrier nu traditionnellement présenté comme un Gaulois. Détail d'une stèle funéraire du Ve s. av. J.-C. - Museo Civico Archeologico di Bologna

Sur les piémonts alpins, les contacts avec les Celtes ont été moins amicaux. Aux Ve s. et IVe s. av. J.-C., divers groupes celtiques en provenance du nord de la couronne alpine s’implantent dans la vallée du Pô, en enlevant par la force des bouts de territoires aux cités étrusques. Felsina (Bologne) en fait les frais, comme Milan (Melpum).

Monte Bibele (Monterenzio). Tombe étrusco-celte, renfermant des armes celtes et du mobilier d'accompagnement étrusque, Ve s. av. J.-C.- Illustration : apennino-bolognese.net

Les populations se mélangèrent toutefois facilement, comme l’illustre le très beau site étrucso-celte de Monte Bibele (Monterenzio, Émilie-Romagne).

A partir du IIIe s. av. J.-C., la question des arrivées de Celtes deviendront le problème des Romains.

9. Quels traits culturels les distinguent des autres peuples d’Italie ?

Bien qu’ayant volontiers adopté, tout au long de leur histoire, les traits culturels étrangers qui leur semblaient intéressants, les Étrusques sont resté un peuple original. Ils sont en cela représentatifs d’autres cultures italiques héritières des civilisations de l’âge du Bronze, comme les Osques et les Ombres, par exemple, dont le rayonnement a été moindre cependant.

Une nécropole typiquement étrusque : les tombes "en cube" de la nécropole du Crucifix du Tuf, à Orvieto, l'ancienne Vezlna - Necropoli etrusca dei Crocifisso del Tufo / Musei Umbria

Au moins 3 traits culturels directement issus de l’évolution de la Culture de Villanova les démarquent de leurs mentors grecs.

1. La première est l’émancipation des femmes, très étonnante pour l'époque.

La liberté dont elles jouissaient scandalisait les Romains et les Grecs du sud de l’Italie, d’autant que dans le monde grec, hommes et femmes ne se mélangeaient pas et que ces dernières n’étaient libres ni de leur parole, ni de leurs mouvements.

Or chez les Étrusques, on les voit, en sculpture ou sur les peintures murales, assister aux spectacles sportifs et même (comble d’indécence) siéger aux banquets en compagnie de leurs époux, et à un même rang de dignité, encore !

Leur rôle principal restait de gouverner le foyer familial, mais elles étaient reconnues sur le plan juridique et n’étaient privées d’aucun des plaisirs de la vie accordés aux hommes.

Illustration : statue en terre cuite peinte d'une femme étrusque du IVe s. av. J.-C. - MET Museum - Alkali Soaps / CC BY
Urne funéraire représentant un couple à un banquet, IVe s. av. J.-C., Bottarone - Museo Archeologico Nazionale di Firenze
Femmes, reconnaissables à leurs bonnets, leur voile et leurs poitrines développées, assistant à des jeux athlétiques, Tarquinia, tombe des Biges, Ve s. av. J.-C. - Soprintenza per i beni archeologici dell'Etruria meridionale / ICAR

2. La seconde des spécificités étrusques est leur langue, unique en son genre, et connue par une grandes quantité d’inscriptions. Son écriture apparaît au VIIIe s. av. J.-C. Les Étrusques ont adopté un alphabet grec modifié, qui transcrit le langage parlé par les aïeux de l’âge du Bronze.

Si elle est maintenant bien comprise, elle reste une langue isolée, ne se rattachant qu’à deux autres vocables très partiellement connus : celui du pays alpin des Rhètes (nord de l’Italie), et celui de l’île de Lemnos, au large de la Turquie, réputée pour être l’un des berceaux des Étrusques. Il s’agit dans les deux cas de langues non indo-européennes très archaïques, dont l’étrusque serait à la fois le mélange et la survivance.

La Tabula Cortonensis, IIe s. av. J.-C. Le texte et un acte juridique validé par un un magistrat de haut rang, entérinant une vente de terrain, entre un certain Petru Scevàs et la famille Cusu - Museo della città etrusca et romana di Cortone
Le "Foie de Plaisance" : représentation d'un foie de mouton en bronze, avec les indications des interprétations associées, II-Ier s. av. J.-C., Piacenza - Lokilech / CC BY-SA

3. Enfin, les Étrusques étaient réputés pour leur maîtrise des arts divinatoires, désignée par l’expression latine de disciplina etrusca.

C’était un ensemble de pratiques religieuses très respectées, permettant de décrypter, par différents moyens, les signes envoyés par les dieux pour prévenir les mortels.

Les augures interprétaient le vol des oiseaux, les fulguratores la manière dont tombait la foudre. Les plus connus, les haruspices, examinaient les entrailles d’animaux sacrifiés.

L’art divinatoire étrusque est très bien connu parce qu’il a été adopté par les Romains et qu’il est resté en usage jusqu’à la christianisation de l’Empire.

10. Comment ont-ils disparus ?

Ils n’ont pas disparu à proprement parler, mais se sont progressivement fondus dans la culture latine, à partir de leur intégration dans la République romaine en 264 av. J.-C. Ils conservèrent cependant des traits culturels propres très marqués pendant près de 150 ans, accompagnant une grande autonomie politique.

Fragment d'une couronne en feuille d'or avec médaillon du dieu fleuve Acheloos au centre, vers 475-vers 375 av. J.-C. - RMN Grand Palais / Louvre , H. Lewandowski

Au début du Ier s. av. J.-C., cependant, à la suite de la guerre civile opposant, à Rome, les généraux Marius et Sylla (89-87 av. J.-C), plusieurs colonies romaines furent fondées en Étrurie, apportant d’importants contingents de populations latines, qui ont contribué à achever le brassage culturel commencé au IIIe s. av. J.-C.

Dès la 2nde moitié du Ier s. av. J.-C., sous César et Auguste, les Étrusques avaient adopté l’ensemble des pratiques, modes, langues et coutumes romaines.

Illustration : tête de jeune homme de Fiesole, vers 330 av. J.-C. - Florence, Museo Archeologico Nazionale, Polo Museale della Toscana

Découvrez nos autres articles en 2 parties

Qadesh : Égyptiens vs Hittites

Qadesh 2 : archéologie d'un traité de paix

Les Vikings en 5 découvertes récentes

Les Vikings en France : mais où sont-ils ?

5 mystérieux calendriers

A quoi servent les calendriers ?

Archéologie du travail des enfants 1

Archéologie du travail des enfants 2

Notre série

"Archéologie et Cinéma"

Rashomôn et le Japon médiéval

Rapa Nui, mystérieuse Île de Pâques

Mayas, Incas et Conquistadors

La Grande Muraille : 2000 ans de construction

Mohenjo Daro et la civilisation de l'Indus

L'archéologie au cinéma !

Ainsi que nos articles thématiques !

L'histoire de France en 10 découvertes archéologiques

Épées en bronze : le crash test !

Vestiges de l'amour - spécial Saint-Valentin

Archéologie du vote - spécial élections

Toy story - spécial Noël

Que la Lumière soit ! - spécial Fête des Lumières

Et n'oubliez pas votre masque ! - spécial Covid-19

Engagez-vous, qu'ils disaient !

Voleuse ou meurtière ?

Paris antique : une ville méconnue

Thésée et les grands entrepôts de Gaule

Des graveurs complètement has been !

Merci de ramasser vos déchets !

Le poids des armes

Et découvrez également nos Top 5, Top 8 et Top 10 !

Top 5 des merveilles préhistoriques méconnues à voir en France

Top 8 des grands sites archéologiques anéantis

Les prouesses médicales de nos ancêtres en 10 découvertes archéologiques

Top 10 des sites romains de France

Top 10 des plus mosaïques romaines les plus étonnantes de France

Top 10 des réutilisations insolites de sites archéologiques