Les Étrusques en 10 questions

Qui sont les Étrusques ?

Raconté pour vous par Cécile, le 11 mai 2021 - temps de lecture : 4 mn

Où ? Italie, Sardaigne, Corse, France, Espagne - Quand ? vers 750 - vers 250 av. J.-C. - Période : âge du Fer - époque romaine

Civilisation étonnement méconnue du grand public, les Étrusques ont pourtant dominé, avant les Romains, la plus grande partie de la péninsule italique, durant près de 500 ans. Ils ont bâti un véritable empire maritime et commercial, étendant leurs réseaux économiques, par des comptoirs d’échange, dans tout l’ouest méditerranéen. Ce peuple puissant a laissé des réalisations artistiques raffinées et des vestiges archéologiques spectaculaires.

Scène de banquet, où assistent hommes et femmes, entourés de musiciens, sur une plaque de revêtement décoratif en terre cuite. Vers 560-550 av. J.-C.Viterbe, Museo Nazionale Etrusco Rocca Albornoz

1. Où s’étendait l’Étrurie ?

Les territoires étrusques étaient vastes et se sont constitués dans le tiers central de l’Italie, entre le fleuve Arno au nord, et le Tibre au Sud, entre environ 800 et 750 av. J.-C.

Héritière de l’un des noms que les Latins donnaient aux Étrusques, appelés Tusci, la Toscane est le berceau de l’Étrurie, mais ses limites actuelles sont plus étroites que celle de l’Étrurie antique, qui englobait aussi le Latium jusqu’à Rome, et, vers l’intérieur du pays, une partie de l’Ombrie.

Entre 750 et 500 av. J.-C., les territoires sous domination étrusque se sont étendus à une partie de la plaine du Pô au nord (Émilie-Romagne), et vers le sud au littoral de la Campanie, soit par des alliances politiques et économiques avec les royaumes italiques voisins, soit par la force.

Au-delà de la péninsule italienne, les Étrusques avaient également installés d’importants comptoirs d’échange en plusieurs points de la Méditerranée occidentale.

C’était le cas d’Alalia / Aléria, en Corse, ou de Lattara /Lattes, à côté de Montpellier. Ils étaient en cela concurrents des Grecs et des Carthaginois pour la maîtrise des réseaux commerciaux par voies de mer.

Ces comptoirs n’étaient pas des colonies de peuplement, mais permettaient la diffusion de la culture étrusque très loin de la Toscane, par le biais des productions échangées (vins, céramiques, bronzes, orfèvrerie).

Illustration : dans É. Gailledrat et A. Vacheret, Lattes/Lattara (Hérault), comptoir étrusque du littoral languedocien, Gallia - En ligne, 77-2, 2020

2. Comment connaît-on les Étrusques ?

Contrairement à ce qu’on s’imagine, les Étrusques n’ont jamais été un peuple mystérieux pour les Anciens, aussi sont-ils très présents dans la littérature antique.

Romains et Grecs ont eu fort à faire avec eux, et la fondation même de Rome est intimement liée à l’histoire de l’Étrurie, puisque la ville a été implantée dans une région sous domination étrusque et a développé son territoire au détriment de cette dernière.

Si ce peuple est encore curieusement présenté de nos jours comme mal connu, c’est simplement qu’il est très longtemps resté dans l’ombre de la recherche sur les Grecs du sud de l’Italie et sur les Romains.

Pourtant, de très nombreux sites archéologiques et même des textes en langue étrusque sont parvenus jusqu’à nous, nous permettant de bien comprendre l’évolution de leur histoire, de leur art et de leurs modes de vie.

La Louve du Capitole - La sculpture de bronze serait une copie médiévale d'un original étrusque du Ve s. av. J.-C. Les bébés Romulus et Rémus sont des ajouts du XVe s. - Capitoline Museums / Public domain

3. Quels sont les sites étrusques les plus connus ?

De très nombreux sites archéologiques étrusques et musées d’archéologie étrusque fleurissent dans tous les coins de l’antique Étrurie. Toutefois, les sites les plus touristiques sont sans conteste les extraordinaires nécropoles de la Banditaccia, à Cerveteri, et celle de Monterozzi, à Tarquinia (voir notre visite virtuelle !), au nord de Rome.

Cerveteri, vue aérienne de la nécropole monumentale de la Banditaccia ; grands tumulus et tombeaux "cubes", isolés ou en allées serrées - VIIe - IIIe s. av. J.-C. - photo aérienne sur : visititaly.com
Tarquinia, nécropole de Monterozzi, intérieur de la tombe des Taureaux (vers 540 av. J.-C.). A Monterozzi, les tombeaux sont des hypogées souterrains sans marqueur visible en surface, mais magnifiquement décorés à l'intérieur - Alexander Van Loon / CC BY-SA

Ces nécropoles sont celles d’importantes agglomérations, dont plusieurs ont été fouillées et sont visitables, comme Marzabotto, Caere-Cerveteri et son port, Pyrgi ou la magnifique Populonia. Vetulonia et Rosselle, célèbres pour leurs enceintes cyclopéennes, sont également très étonnantes. On n’oubliera pas d’autres sites impressionnants tels Orvieto, les remparts encore en élévation (par tronçons) de Tarquinia, Veies, Musarna, Pérouse, Volterra ou Chiusi.

Marzabotto (Bologne) : vue aérienne de l'un des quartiers d'habitation - Soprintendenza Archeologia di Bologna
Vetulonia, collier et broche en or de la tombe du Licteur (630-625 av. J.-C.) - Museo Archeologico Nazionale di Firenze
Populonia, necropoli delle Grotte - Roberto Zanasi / Public Domain
Rosselle, la muraille cyclopéenne - TripAdvisor - media cdn
Sovana, la Citta del tufo, nécropole troglodytique. La "tomba di Ildebranda", IIIe s. av. J.-C. - Sidvics / CC BY-SA
Veies, sanctuaire de Portonacchio. Reconstitution sur site du temple de Menerva, VI-Ve s. av. J.-C. - Blog archeologiavocidalpassato.com

Des vestiges étrusques se cachent en fait encore sous de nombreuses villes italiennes, comme Bologne, Pise, ou Arezzo.

Les agglomérations des VII-Ve s. av. J.-C. ont été recouvertes par les villes romaines, puis médiévales et modernes, de sorte que les vestiges étrusques sont assez mal conservés et profondément enfouis.

Les musées archéologiques de ces belles villes abritent cependant de très belles restitutions et des collections d’antiquités étrusques surprenantes !

Arezzo, chimère en bronze, IVe s. av. J.-C. Inscription en langue étrusque sur la patte avant- Museo Archeologico Nazionale di Firenze
Rome, la colline du Capitole l'époque étrusque (VIe s. av. J.-C.), avec le temple de Jupiter capitolin au sommet - Musei capitolini, illustration studio InkLink

Enfin, laissez-vous submerger par les merveilles de l’art étrusque en visitant la Villa Giulia, le musée de la civilisation étrusque de Rome… et n’oubliez pas que la capitale romaine a aussi été gouvernée par des rois étrusques aux VIIe et VIe s. av. J.-C.

Les apports étrusques à l’histoire romaine en termes d’art, d’artisanat, de médecine, ainsi que dans le domaine (fondamental à l’époque) des arts divinatoires sont très importants.

4. La redécouverte des Étrusques : l’exploration des grandes nécropoles

Du fait de leur exceptionnel état de conservation, ce sont d’abord les nécropoles qui ont attiré l’attention des archéologues des XIXe et XXe s., et ce sont encore les sites qui sont principalement mis en valeur. Les pratiques funéraires étrusques ayant évolué entre le VIIIe et le IIIe s. av. J.-C., elles offrent au visiteur une grande diversité de vestiges à admirer.

Cerveteri, nécropole della Banditaccia, rangée de tumulus de la Via delle Serpi - Sailko / CC-BY

Pour les présenter simplement, disons qu’on peut les classer en 4 formes principales : les tumulus, les tombeaux troglodytiques et les hypogées (ces tombeaux souterrains dans lesquels on descend), enfin les tombeaux construits. Leur architecture interne et leur aménagement étaient très recherchés.

Pise, San Jacopo, tumulus du prince étrusque, VIIe s. av. J.-C. - Alecobbe / CC-BY SA
Populonia, necropoli delle Grotte, entrée d'un hypogée - Parco Archeologico di Baratti e Populonia - Giorgo Compagnone / CC-BY SA
Cerveteri, Nécropole de la Banditaccia, allée des tombeaux "en cubes" -Ned Dunn / CC BY SA
Cerveteri, nécropole de la Banditaccia, tombes construites dites "en cubes"- louis-garden / CC-BY SA

Elles reproduisent l’intérieur de maisons, aux parois et plafonds sculptées de colonnes et de poutres, incluant même parfois des éléments du mobilier, comme des consoles, tables et banquettes.

Cerveteri, nécropole de la Banditaccia, intérieur de la tombe des Chapiteaux, vers 600-550 av. J.-C. - Sailko / CC-BY.
Cerveteri, nécropole de la Banditaccia, intérieur d'un tumulus - Sailko / CC-BY.
Caere, le sarcophage des Époux, terre cuite - RMN Grand Palais - Musée du Louvre

Les pièces étaient également richement décorées, de peintures murales d’une richesse incroyable. Enfin, un abondant mobilier accompagnait les défunts.

Un certain nombre de tombes inviolées ont pu être fouillées (plus ou moins scrupuleusement) depuis le XIXe s., mettant au jour de grandes pièces du mobilier funéraire, dont plusieurs sarcophages de terre cuite très célèbres et de merveilleux bijoux, répartis dans de nombreux musées dans le monde.

Ces tombes monumentales sont bien sûr celles des élites étrusques, le petit peuple étant inhumé dans des sépultures beaucoup plus modestes.

Tarquinia, nécropole de Monterozzi, tombe des Léopards, Ve s. av. J.-C.AIMare / Public Domain
Tarquinia, nécropole de Monterozzi, danseurs de la tombe des Léopards, Ve s. av. J.-C.Unknown author / Public Domain

5. ... Et leur vie quotidienne ?

En dehors des pratiques funéraires, de nombreux aspects de la vie quotidienne, de l’habitat, de la vie économique ou des pratiques religieuses sont également bien compris. Hélas, les vestiges des temples, maisons, quartiers artisanaux ne sont pas faciles à mettre en valeur, car les bâtiments étaient souvent élevés en terre et bois, ou bien ont été transformés au fil des siècles et refaits à la mode romaine, comme les temples.

Piombino, nécropole de San Cerbone, tomba del Bronzetto di Offerente, tombeau du VIe s. av. J.-C., en forme de maison - Parco Archeologico di Baratti e Populonia - Modèle 3D : Geoinformatix
Spina : reconstitution d'un quartier des Ve-IIIe s. av. J.-C.- Comacchio, Museo Delta Antico - S. Boni, studio InkLink

C’est alors par le mobilier usuel, en particulier les formes et qualités de poterie, et par les éléments subsistant de l’ornementation des bâtiments publics et privés que l’on peut restituer l’architecture détaillée et les usages qui étaient faits des édifices mis au jour. C’est ainsi que les façades et toitures des deux grands temples de la ville portuaire de Pyrgi (Cerveteri), par exemple, ont pu être entièrement reconstitués.

Pyrgi, le temple B, dédié à la déesse étrusco-phénicienne Uni Astarte, vers 510 av. J.-C. . Reconstitution 3D : progettotraiano.com
Pyrgi, la décoration en terre cuite peinte des rampants du temple B - Sailko / CC-BY

La visite de certaines tombes luxueuses donne une bonne idée de ce à quoi ressemblaient les habitations riches, car ce sont des versions simplifiées des plans de maisons, comme c’est bien visible à Cerveteri, par exemple dans les impressionnantes tombes des Boucliers et des Sièges (fin VIIe-VIe s. av. J.-C), ou la spectaculaire tombe des Reliefs (IVe s. av. J.-C.).

Cerveteri, nécropole de la Banditaccia, intérieur de la tombe des Boucliers et des Sièges (Scudi e Sedie) - blog Archeomedia.net
Cerveteri, nécropole de la Banditaccia, intérieur de la tomba dei Rilievi -Roberto Ferrari / CC BY-SA

Il reste également d’exceptionnels objets d’artisanat, visibles dans différents musées, témoignant du savoir-faire technique des Étrusques dans de nombreux domaines, en particulier la céramique.

Tasse à figure humaine en bucchero nero, céramique noire à pâte lisse très luisante, spécialité étrusque, Caere, vers 575-550 av. J.-C. - Musée du Louvre / M. et P. Chuzeville
Phiale (coupe sans pied) en bucchero nero, décorée de têtes humaines, Cerveteri, tombe des Lions Peints, vers 650-625 av. J.-C. -Museo Nazionale Etrusco, dans Les Étrusques, un hymne à la vie : catalogue de l’exposition de la fondation Dina Vierny - Musée Mayol. Paris : Gallimard, 2013.

La terre cuite avait des usages très divers. Elle était utilisée prosaïquement de briques, tuiles, pavés ou tuyaux, mais aussi pour la fabrication de vases de diverses formes, plus ou moins précieux, de sculptures, ou de décors architecturaux (antéfixes et frises par exemple).

Tête d'homme, terre suite peinte, Ve-IVe s. av. J.-C. - Orvieto, Museo Nazionale Archeologico, dans Les Étrusques, un hymne à la vie : catalogue de l’exposition de la fondation Dina Vierny - Musée Mayol. Paris : Gallimard, 2013.
Antéfixe à tête de femme, vers 525-500 av. J.-C., Cerveteri - Musei Vaticani
Pyrgi, temple A, frise du fronton et du rampant, terre cuite peinte, vers 470 av. J.-C. Le temple était dédié à la déesse de l'aurore, Thesan - Museo Nazionale Etrusco

Les cinq dernières questions la semaine prochaine !

Découvrez nos autres articles en 2 parties

Qadesh : Égyptiens vs Hittites

Qadesh 2 : archéologie d'un traité de paix

Les Vikings en 5 découvertes récentes

Les Vikings en France : mais où sont-ils ?

5 mystérieux calendriers

A quoi servent les calendriers ?

Archéologie du travail des enfants 1

Archéologie du travail des enfants 2

Notre série

"Archéologie et Cinéma"

Rashomôn et le Japon médiéval

Rapa Nui, mystérieuse Île de Pâques

Mayas, Incas et Conquistadors

La Grande Muraille : 2000 ans de construction

Mohenjo Daro et la civilisation de l'Indus

L'archéologie au cinéma !

Ainsi que nos articles thématiques !

L'histoire de France en 10 découvertes archéologiques

Épées en bronze : le crash test !

Vestiges de l'amour - spécial Saint-Valentin

Archéologie du vote - spécial élections

Toy story - spécial Noël

Que la Lumière soit ! - spécial Fête des Lumières

Et n'oubliez pas votre masque ! - spécial Covid-19

Engagez-vous, qu'ils disaient !

Voleuse ou meurtière ?

Paris antique : une ville méconnue

Thésée et les grands entrepôts de Gaule

Des graveurs complètement has been !

Merci de ramasser vos déchets !

Le poids des armes

Et découvrez également nos Top 5, Top 8 et Top 10 !

Top 5 des merveilles préhistoriques méconnues à voir en France

Top 8 des grands sites archéologiques anéantis

Les prouesses médicales de nos ancêtres en 10 découvertes archéologiques

Top 10 des sites romains de France

Top 10 des plus mosaïques romaines les plus étonnantes de France

Top 10 des réutilisations insolites de sites archéologiques