Le Tour de France ArchéOdyssée

ArchéOdyssée vous a fait visiter nos coups de coeur tout au long de l'été, et ça n'est pas fini !

Le Tour de France (celui des cyclistes) commence le 29 août et s'achèvera le 20 septembre : dans la roue des coureurs, explorez la France archéologique et découvrez de nouveaux sites étonnants, grandioses, curieux et souvent méconnus. Alors prolongez l'été et suivez-nous sur les routes de France : à chaque étape sa surprise !

La Route du Tour

Racontée par Maxence, tous les jours jusqu'à l'arrivée sur les Champs Élysées !

Suivez sur notre carte toutes les étapes du Tour et les sites archéologiques immanquables sur le parcours !

Étape 21 : Mantes-la-Jolie > Champs Élysées

C'est la tradition, c'est toujours sur les Champs Élysées que se termine le Tour de France. Le nôtre aussi, et cette dernière étape vous mènera auprès d'une splendide forteresse médiévale et dans les profondeurs du passé de Paris !

Crédits : Henry Salomé / CC BY-SA

Château de Beynes (78)

Un Tour de France qui se termine en apothéose, avec une magnifique et massive forteresse installée en plein coeur de ville ! A l'extérieur, vous comprendrez toutes les difficultés rencontrées par les assaillants.. .Et de l'intérieur, vous serez envahis par un sentiment de sécurité !

Ce château du XIe s. a eu un rôle important dans les lignes de défense contre les Anglais, lors de la Guerre de Cent Ans. ce secteur étant ensuite entré dans le domaine royal, il est devenu une résidence, sans toutefois que son aspect massif (enceinte, tours) ne soit complètement oublié.

Crédits : Jean-Pierre Dalbéra / CC BY-SA

Crypte archéologique (75)

Les touristes de massaient il y a encore peu de temps pour voir Notre-Dame. Mais qui sait que sous le parvis, la crypte archéologique vous fait voyager 2000 ans en arrière, lorsque Paris n'était que Lutèce. Entrez donc dans les sous-sols de Paris et explorez l'évolution de la ville depuis l'époque romaine : bains publics, quai du port sur la Seine, enceinte de la fin de l'Antiquité, chapelle et maison du Moyen Âge et hospice d'époque moderne. Voilà un site trop méconnu qui ne demande qu'à être visité !

Étape 20 : Lure > La Planche des Belles Filles

Courte étape avant d'en finir : profitez des splendides paysages de Franche-Comté et d'une très belle forteresse du Moyen Âge !

Crédits : Danuel Culsan / CC BY-SA

Château d'Oricourt (70)

Une étape que vous devrez marquer par un passage par la très massive forteresse médiévale d'Oricourt. On y distingue encore la basse-cour (qui abritait les populations alentours) et la haute-cour, enceinte qui protégeait le seigneur et ses proches. Rempart, tour, ancien donjon et autres bâtiments de différentes périodes nous rappellent que le château est un lieu défensif, mais aussi de vie et d'activités économiques.

Visites guidées et différentes activités font revivre le château et vous plongeront quelques siècles en arrière !

Étape 19 : Bourg-en-Bresse > Champagnole

Les Alpes sont passées, une jolie étape entre plaine de l'Ain et Jura. Avant d'achever votre Tour de France archéologique, explorez quelques merveilles de notre passé sur le parcours !

Crédits : jejecam / CC BY-SA

Temple d'Izernore (01)

De drôles de colonnes qui surgissent de terre, voilà le fameux site des Colonnes d'Izernore ! Elles sont les seuls vestiges d'un colossal temple gallo-romain. Izernore a été une florissante ville romaine, dont des vestiges sont régulièrement exhumés lors de travaux.

Découvrez également toutes ces découvertes et le riche passé de la ville dans le musée archéologique voisin.

Crédits : Jura-tourisme.com

Sanctuaire de Villards d'Héria (38)

Encore un sanctuaire gallo-romain ! Des piscines, un temple et une fontaine sacrée sont les vestiges connus de ce lieu probablement dédié à l'eau. Alors comment souvent, cultes et détente sont au menu dans le même endroit ! L'exploration de ce site archéologique vaut vraiment le détour, tant pour ce que vous y découvrirez que pour les magnifiques paysages !

Crédits : Jura-tourisme.com

Château de Mirebel (38)

Une splendide forteresse qui remonte au moins au XIIe siècle, perchée sur un éperon qui lui garantissait une position défensive imprenable ! Il est pourtant abattu au XVe s. par l'armée royale, et définitivement détruit au XVIe siècle alors qu'il servait encore de tour de guet.

Le château est un beau but de promenade. Fort endommagé, il en reste une partie de l'enceinte et du donjon, ainsi qu'une citerne.

Quand vous serez là-haut, vous prendrez conscience de ce qu'était la vie dans un château-fort, et la sensation d'être (presque) invincible !

Étape 18 : Méribel > La Roche-sur-Foron

Crédits : ArchéOdyssée

Aime/Axima (73)

Tout au bout de la vallée de l'Isère, qui croirait qu'il y a eu ici une grande ville romaine ? Aime (Axima à l'époque romaine), était la capitale d'une petite province alpines, les Alpes Grées. Pas de hasard, la ville était au coeur d'un territoire précieux pour l'Empire, au pied de la route majeure qui reliait l'Italie par le Petit-Saint-Bernard : sans doute la route la plus fréquentée entre Gaule et Piémont !

Une petite halte vous fera visiter le petit musée archéologique, mais surtout la splendide basilique Saint-Martin : peintures murales médiévales et collection d'inscriptions romaines à découvrir absolument !

Crédits : valdarly-montblanc.com

Bornes romaines (74)

Qui peut imaginer que ces montagnes ont été au coeur de conflits de propriété ou d'usage ? Et pourtant, les richesses de la montagne sont innombrables : pâturages d'été pour le bétail, minerai, carrières, chasse et autres ressources qui ont nécessité l'intervention de l'armée romaine pour délimiter et borner ces espaces !

Pour découvrir ces bornes romaines, vous devrez autant souffrir que les cyclistes, mais l'effort en vaut la peine !

Découvrez ici le circuit des bornes romaines.

Étape 17 : Grenoble > Méribel

Une belle étape alpine où vous allez découvrir la grande richesse de ces territoires de montagne, autrefois au coeur de passages transalpins !

Crédits : ArchéOdyssée

Grésy-sur-Isère (73)

Au coeur de la vallée de l'Isère, bienvenue dans la Combe de Savoie ! La vallée est encore large et prospère. On y faisait déjà du vin il y a 2 000 ans, nous rapportent les auteurs latins. Et les découvertes archéologiques y ont été nombreuses : agglomérations romaines (Gilly, Châteauneuf), grandes villas (Arbin) et mausolées nous rappellent que cette vallée était un axe majeur entre la Gaule et l'Italie, par le col du Petit-Saint-Bernard. S'il en reste peu de vestiges, arrêtez-vous donc dans le charmant petit village de Grésy-sur-Isère, où vous découvrirez deux inscriptions romaines : l'une, remployée dans une fontaine, la seconde dans le soubassement d'une chapelle. Toutes deux nous rappellent la place d'une importante famille, les Taurinus, qui exerçaient des magistratures à Vienne, et qui devaient avoir ici un domaine et une villa.

Étape 16 : La Tour-du-Pin > Villard-de-Lans

Une fin d'étape qui va piquer les mollets, dans les splendides paysages du Vercors ! Région très riche en sites archéologiques de toutes périodes : remontez le temps de la Préhistoire aux premiers chrétiens tout au long de l'étape !

Crédits : Isère Tourisme

Aoste (38)

Rien ne rappelle le riche passé d'Aoste (ne pas confondre avec la ville italienne, très riche en vestiges antiques). Pourtant, elle a été une petite ville prospère à l'époque romaine, et sa richesse provenait des nombreux ateliers de potiers qui s'y trouvaient. Le petit musée, très riche, présente de très belles explication et reconstitutions de la vie quotidienne et des activités artisanales. De quoi justifier une visite et un petit retard au départ de l'étape !

Crédits : Isère Tourisme

Crypte Saint-Oyand (38)

Merveille bien cachée à Grenoble, qui vous renvoie aux origines de la ville : l'actuel Musée archéologique Saint-Laurent est une ancienne église bâtie sur une gigantesque nécropole de la ville romaine de Cularo. Des mausolées du IVe s. sont ainsi conservés, mais c'est surtout la splendide crypte d'époque mérovingienne qui fait la renommée du site ! Elle est l'un des rares édifices de ce type aussi bien conservés en France, avec Fréjus, Saint-Jean (Poitiers), Aix-en-Provence ou Riez. Alors ne manquez surtout pas ce petit détour en cours d'étape, vous le regretteriez !

Crédits : Office du Tourisme du Pays Diois

Musée de la Préhistoire de Villard-de-Lans (38)

Une fois l'étape terminée, les routes du Vercors vous attendent pour une remontée jusqu'aux époques préhistoriques. Le massif est connu pour ses très nombreuses découvertes, qui nous rappellent que la montagne a été, une fois que les glaciers ont reculé, très fréquentés. Le musée est un très beau chalet, dans lequel vous découvrirez... un atelier de taille de silex tel qu'il a été laissé il y a 5000 ans !

Explorez les paysages alpins durant la Préhistoires, comment les hommes parcouraient les montagnes et pourquoi : recherche de silex, chasse et passage entre massifs. Un extraordinaire voyage dans le temps dans des magnifiques paysages !

Repos en Isère

Avant d'attaquer les Alpes une seconde fois, petite journée de repos dans la fraîcheur alpine ! Profitez-en pour explorer les merveilles archéologiques du département (et autour !) sur la Machine à Remonter le Temps !

Étape 15 : Lyon > Le Grand Colombier

Crédits : Emmanuel Brunner / CC BY-SA

Lugdunum (69)

Il reste de nombreux et spectaculaires vestiges du passé de la ville : Lyon/Lugdunum fut capitale des Gaules et a conservé depuis son statut de grande ville au fil des siècles.

S'il y a un lieu à visiter, c'est Fourvière : théâtre, odéon (édifice consacré aux manifestations poétiques et musicales ; c'est le seul de Gaule avec Vienne) et sanctuaire de Cybèle (en fait un palais remplacé ensuite par un monument de fonction indéterminée), mais aussi l'étonnant musée archéologique : son architecture s'intègre parfaitement au site, et présente des collections exceptionnelles. S'il faut en retenir une, ce sont les Tables Claudiennes, retranscription d'un discours de l'empereur Claude au Sénat, qui autorise les Gaulois à accéder aux magistratures : une sacrée promesse d’ascension sociale pour les élites locales !

Crédits : Isère Tourisme

Larina (38)

Une exploration archéologique sur un site spectaculaire, sur le plateau qui domine la plaine du Rhône... et la centrale nucléaire du Bugey ! Remontez le temps jusqu'à l'Antiquité et au début du Moyen Âge pour visiter cet étonnant site : la visite complète de Larina, c'est ici.

Étape 14 : Clermont-Ferrand > Lyon

Une étape de légende, entre les grands sites arvernes et la capitale des Gaules : des lieux de légende de notre Histoire !

Crédits : puy-de-dome.fr

Gergovie & Corent (63)

Gergovie, c'est l'anti-Alésia ! C'est là que César et ses armées se sont cassé les dents devant la ville fortifiée défendue par Vercingétorix. Bien sûr, ce ne fut que partie remise...

Découvrez ce pan de notre histoire, mais aussi l'autre oppidum voisin de Corent, moins connu du grand public mais tout aussi impressionnant.

La visite complète de Corent et Gergovie, c'est ici.

Crédits : Robin Chubret / CC BY-SA

Théâtre de Moingt (42)

Avant d'arriver à Lyon, faites un petit détour par Montbrison. C'est là que s'est développée une ville romaine, Aquae Segetae. Comme son nom l'indique, elle devait une partie de sa prospérité à la présence de sources thermales.

Il ne reste de cette ville que son théâtre, mais il mérite le détour, avant d'attaquer demain les spectaculaires ruines de Lyon antique !

Étape 13 : Châtel Guyon > Puy Mary-Cantal

La montagne, ça vous gagne ! Une splendide étape au coeur des plus belles montagnes du Massif central ! Une arrivée magique au Puy Mary, petit joyau bien connu des cyclistes et des randonneurs.

Crédits : fabien1309 / CC BY-SA

Puy de Dôme (63)

Une montagne emblématique, et une site archéologique qui l'est tout autant ! Montez à pied ou (pour les moins courageux !), empruntez le petit train qui vous emmène au sommet. De là, vie panoramique garantie sur le bassin de Clermont et la chaîne des puys ! Surtout, attardez-vous et visitez les ruines de l'imposant temple gallo-romain adossé au sommet. Aujourd'hui restauré, il devait être bien visible de tout voyageur, et de loin ! Et encore, imaginez que cet immense temple dédié à Mercure (dieu du commerce et des voyages) était surplombé par une statue en bronze de 30 m de haut, commandée à un sculpteur grec ! Voilà de quoi ne pas oublier la légendaire richesse des Arvernes !

Crédits : pays-saint-flour.fr

Hameau déserté de Rissergues (15)

Une fois arrivé, une promenade sur les plateaux herbeux du Cantal s'impose ! Un petit écart vous emmènera au hameau déserté de Rissergues. Des ruines d'habitations et d'espaces de travail d'il y a au moins 800 ans, et qui nous rappellent que ces rudes paysages de montagne ont été toujours été occupés et fréquentés ! Une jolie balade à faire, des ruines à visiter et des explications, sur place, qui vous racontent la vie à la montagne au Moyen Âge : de quoi vous donner envie de revenir pour un week-end ou des vacances !

Quelques petites excursions à l'écart du parcours vous emmèneront visiter un sanctuaire gallo-romain (Les Pièces Grandes), un château médiéval (tour de Mardogne) ou encore l'étonnant site des fermes du Moyen Âge du Puy d'Arrel !

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter sont sur la Time Machine.

Étape 12 : Chauvigny > Sarran

Encore une étape archéologique très riche. Et aujourd'hui, une plongée dans l'Antiquité et le début du Moyen Âge !

Crédits : ArchéOdyssée

Civeaux (86)

Voilà un site archéologique trop méconnu, et pourtant phé-no-mé-nal ! L'église est splendide, et édifiée sur un temple romain, dont une partie est visible à l'extérieur. Le chevet concerne une élévation du tout début du Moyen Âge. Ne manquez pas l'intérieur, son inscription mérovingienne et ses peintures médiévales. Mais le plus spectaculaire, c'est l'immense nécropole mérovingienne (des dizaines de milliers de sarcophages retrouvés), aujourd'hui disposés dans l'actuel cimetière, dans leur position originale ou en véritable murs ! Site exceptionnel, romantique, incroyable et une véritable référence pour les spécialistes de la période mérovingienne.

Crédits : ArchéOdyssée

Sanctuaire de Mazamas

Il faut se perdre sur les petites routes pour retrouver cet immense sanctuaire gallo-romain. Vaste périmètre délimité par un mur, des puits (pour des cérémonies ?) et, chose plus rare, deux petits temples construits sur le modèle des temples romains : eh oui, on trouve plus souvent des temples de tradition celtique sur ces grands sanctuaires ruraux. Mais ici, c'est une forte influence de l'architecture romaine qui se manifeste. Rien d'exceptionnel toutefois : ces lieux étaient bâtis avec l'argent et à l'initiative de riches propriétaires, qui habitaient dans les grandes villes ou avaient même déjà voyagé à Rome ou en Italie !

Sur le parcours, n'hésitez pas à faire quelques écarts pour découvrir d'autres splendides plongées dans l'Histoire : les villas romaines d'Antone et des Cars méritent le détour. Vous pouvez aussi choisir ... de ne pas partir et de visiter la splendide ville médiévale de Chauvigny !

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter sont sur la Time Machine.

Étape 11 : Châtelaillon Plage > Poitiers

Après un jour de repos et une étape tranquille, de quoi vous reposer pour une journée très riche en explorations archéologiques : tumulus du Néolithique, ville romaine, splendide baptistère paléochrétien et forteresse médiévale sont au programme !

Crédits : Jacques Dassié / CC BY-SA

Forteresse de Coudray-Salbart (79)

Splendide et massive forteresse du XIIIe s., qui a été un poste avancé des Anglais jusqu'à ce que le Poitou intègre le Royaume de France. Magnifique exemple d'architecture royale (Plantagenêts), c'est l'une des forteresses les mieux conservées de France : mur d’enceinte et tours, pont-levis, basse-cour et fossés, tout y est pour comprendre ce qu'était un château, son rôle défensif et son organisation. Restauré récemment, il attendait depuis son abandon au XVe s. pour faire admirer ses formes !

Crédits : Jochen Jahnke / CC BY-SA

Tumulus de Bougon (79)

Une incursion dans la Préhistoire récente (le Néolithique) et les modes de vie des populations qui ont vécu il y a 5000-6000 ans. Une époque, 2000 ans avant les grandes pyramides, où les élites se faisaient déjà faire des tombeaux monumentaux !

La visite complète, c'est par ici.

Crédits : Centre des Monuments Nationaux

Agglomération gallo-romaine de Sanxay (86)

On est toujours surpris, en pleine campagne, de se retrouver nez à nez avec d'aussi spectaculaires vestiges gallo-romains : théâtre, sanctuaire gigantesque, thermes, sans compter tout ce qui a été fouillé et qui n'est plus visible ! Ce sont les vestiges d'une agglomération comme on en connaît beaucoup en Gaule, lieu privilégié des populations rurales, où les gens se réunissaient pour des activités commerciales, des fêtes, des cultes et autres cérémonies collectives.

Découvrez en détail l'agglomération de Sanxay.

Crédits : Bigfootjp / CC BY-SA

Baptistère Saint-Jean (86)

C'est un lieu qu'il ne faut surtout pas manquer ! Un rare et splendide témoignage de l'émergence du christianisme à la fin de l'Antiquité et au début du Moyen Âge (l'édifice est du Ve s. et a été régulièrement embelli et modifié). Le lieu est splendide, évidemment, mélange d'influences antiques, mérovingiennes et carolingiennes.

Mais au fait, c'est quoi un baptistère ? Comme son nom l'indique, c'est le lieu où se faisaient baptiser les chrétiens. Et aux origines du christianisme, on ne se contentait pas d'un peu d'eau, on immergeait la personne entièrement ! Cela explique que le baptistère soit un véritable bassin.

Ce serait dommage de visiter le baptistère et de ne pas faire un détour par le Musée Sainte-Croix, juste en face, et ses magnifiques cet riches collections archéologiques !

Étape 10 : Île d'Oléron > Île de Ré

Une drôle d'étape d'île en île ! Sur le parcours, des huîtres bien sûr, un coup d'oeil sur Fort Boyard ou sur la curieuse ville fortifiée de Brouage et son plan orthogonal. Mais aussi de belles explorations archéologiques. En route !

Crédits : ArchéOdyssée

Tour de Pirelonge (17)

Curieux et spectaculaire monument qui s'élève dans la campagne ! Cette tour massive (6 m de côté, 25 m de hauteur) est un édifice funéraire gallo-romain. Elle est pleine, sans aucun espace vide à l'intérieur. Mais à quoi servait-elle ? La tour était dans un enclos de 40 m de côté (aujourd'hui disparu). C'est là qu'étaient enterrés les défunts (ou leurs restes incinérés). La tour servait à montrer l'importance de la famille, à l'image des grands mausolées familiaux qu'on rencontre dans tout le monde romain.

Même si ce type d'édifice est peu répandu, on en connaît d'autres dans le département (Ebéon) et dans le Gers. La tour de Cinq-Mars-la-Pile avait également la même fonction.

Crédits : Jebulon / CC BY-SA

Abbaye des châteliers, Notre-Dame-de-Ré (17)

Elle a le charme romantique des abbayes en ruines, perdue au milieu des campagnes de l'île de Ré ! Fondée au XIIe s., cette abbaye cistercienne a été à de nombreuses reprises détruites par les Anglais et reconstruite aux XIIIe-XIVe s. Elle est abandonnée en 1574, et seule sont église est encore utilisée comme chapelle jusqu'à la Révolution. Chose curieuse (comme quoi les ruines servent toujours à quelque chose) : peinte en noir et blanc, la façade de l'abbaye a servi comme amer (repère pour les marins) après son abandon !

Repos en Charente-Maritime

Première journée de repos en Charente-Maritime. Une belle occasion de découvrir le très riche patrimoine du département !

De la Préhistoire au Moyen Âge (et même plus !), découvrez les lieux à explorer sur notre carte interactive.

Étape 9 : Pau > Laruns

Pour cette belle étape pyrénéenne, pourquoi ne pas laisser les coureurs pédaler, et faire une petite pausé archéologique... dès le départ ?

Carousel imageCarousel image

Lescar (64)

Pendant longtemps, ce fut la principale ville du Béarn : le nom de la région vient du nom latin de la ville romaine, Beneharnum ! De nombreux vestiges sont connus par des découvertes anciennes et des fouilles récentes (villa, thermes, enclos funéraire). Le musée présente quelques une de ces découvertes, comme la très belle mosaïque provenant de la villa de Saint-Michel, domaine aristocratique en périphérie de la ville.

La cathédrale, en face du musée, a été le siège d'un évêché jusqu'à la Révolution. Sa crypte contient les dépouilles de plusieurs rois et princes de Navarre. Une petite curiosité : la mosaïque du XIIe siècle, dite "du chasseur maure unijambiste". On y voit un chasseur avec une prothèse, et la mosaïque est elle-même encadrée par deux scènes de chasse (fauves, sanglier, 2e chasseur, chien de chasse). Le commanditaire de la mosaïque, un certain Gui de Lons, devait être amateur de chasse, mais aussi connaître l'Afrique !

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter dans les Pyrénées (et ailleurs !) sont sur la Time Machine.

Étape 8 : Cazère-sur-Garonne > Loudenvielle

Première incursion dans les Pyrénées, un massif très riche en sites archéologiques à explorer ! Aujourd'hui, ce sont pas moins de quatre haltes archéologiques, entre la Préhistoire et l'époque romaine, qui s'imposent à vous !

Crédits : le Village Gaulois

Le Village gaulois (Archéosite de Rieux-Volvestre - 31)

Immersion dans la vie quotidienne des populations gauloises garantie ! Explorez ce village des siècles qui ont précédé la conquête romaine, reconstitué pour montrer comment vivaient les Gaulois. Retrouvez ici la présentation complète du site.

Crédits : Fifistorien / CC BY-SA

Lugdunum Convenarum (31)

Difficile d'imaginer que ce petit coin de paradis avec vue sur les Pyrénées a été occupé par une grande ville il y a 2000 ans ! Et pourtant, de très nombreux vestiges en sont les témoignages spectaculaires : place publique, marché couvert, thermes et même église qui nous rappelle les débits du christianisme en Gaule. Retrouvez ici la présentation complète du site.

Crédits : Yoan Rumeau / CC BY-SA

Grottes de Gargas (65)

Voyage fantastique dans les mystères de la Préhistoire ! Il y a 27 000 ans, des populations ont utilisé cette grotte et y ont peint de très nombreux motifs. Le clou de cette galerie d'art, ce sont ces dessins de mains, réalisées en négatif ! Mains d'enfants ou d'adultes, mains privées de certains doigts, on s'interroge encore sur le sens de ces représentations ! Retrouvez ici une présentation complète des grottes de Gargas.

Crédits : EmDee / CC BY-SA

Saint-Aventin(31)

Le passage du Tour de France par ce petit village est une aubaine : le détour ne sera pas trop long vers la petite église Saint-Aventin-de-Larboust. Le monument lui-même est un splendide exemple d'église romane (datée du XIe siècle). Mais la curiosité à ne pas manquer, ce sont les sculptures qui ont été intégrées dans sa façade Sud : quatre sont datés du Moyen Âge (musicien qui joue de la vielle, Vierge à l'enfant, un personnage indéterminé (Saint-Aventin ?) et un taureau. Plus insolite, ce sont deux stèles funéraires et deux autels d'époque romaine qui ont été remployés ! Les deux autels sont dédiés à un dieu local, Abellio. Une façon pour l’Église de faire venir des populations encore peu christianisées à la messe ?!?

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter dans les Pyrénées (et ailleurs !) sont sur la Time Machine.

Étape 7 : Millau > Lavaur

Carousel imageCarousel image

La Graufesenque (12)

Qui croirait que Millau a été l'un des plus grands centres de production de céramique du monde romain ? Et pourtant, ce sont plus de 600 ateliers qui ont produit de la sigillée, cette vaisselle rouge brillante couramment utilisée pendant 150 ans (Ier-IIe s. apr. J.-C.). La visite vous immerge dans le monde des potiers gallo-romains, qui produisaient à l'échelle industrielle et exportaient leur céramique aux quatre coins de l'Empire. Détrônant le grand centre de production d'Arezzo en Italie vers 50 apr. J.-C., La Graufesenque (Condatomagus dans l'Antiquité) est à son tour supplantée par les ateliers de Lezoux au IIe s.

La visite vous montre aussi que la présence de tant d'artisans a conduit au développement d'une agglomération, dont certains vestiges sont encore visibles (habitat, sanctuaire).

Mais au fait, ça veut dire quoi "sigillée" ? Simplement, c'est une appellation qui rappelle que la majorité de la vaisselle produite comportait, au fond, le sceau (sigillum en latin) de l'atelier du potier.

Crédits : Liberliger / CC BY-SA

Statues-menhirs de l'Aveyron (12)

On croit qu'il n'y en a qu'en Bretagne, mais les menhirs et autres mégalithes sont présents partout en France (et ailleurs !). Une spécificité de l'Aveyron, ce sont ces fameuses statues-menhirs du Néolithique final (IIIe millénaire av. J.-C.). Vous en trouverez une belle concentration près du parcours de l'étape du jour, autour de Pousthomy (voir sur la carte interactive).

Splendides représentations humaines, corps compris, ce qui est une innovation dans la façon de dépeindre les personnages ! Non seulement les deux sexes sont distingués, mais c'est également l'attirail des personnages qui est représenté (armes, équipement, coiffure).

Alors pour en savoir plus, suivez notre petit parcours qui vous expliquera ce que sont ces statues-menhirs.

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter en Aveyron (et ailleurs !) sont sur la Time Machine.

Étape 6 : Le Teil > Mont Aigoual

Magnifique traversée de l'Ardèche. Une belle occasion de visiter deux grands sites archéologiques !

Crédits : ArchéOdyssée

Alba-la-Romaine (07)

Ne manquez pas cette grande ville romaine, fouillée depuis les années 1990, et qui fut la capitale de la région jusqu'à la fin de l'Antiquité.

Une petite promenade vous amènera dans le théâtre (qui est utilisé l'été pour des représentations), sur le forum (la place publique de la capitale) et ses boutiques, et dans le grand sanctuaire où l'on vénérait l'empereur ! Un passage par le récent musée vous expliquera tout le reste de la ville, aujourd'hui invisible, mais connu par des fouilles récentes et des découvertes anciennes.

Puisque vous vous arrêtez à Alba, un petit détour par le très charmant village de La Roche s'impose : petites rues pavées étroites, maisons charmantes vous transporteront quelques siècles en arrière !

Crédits : Claude Valette / CC BY-SA

Grotte Chauvet 2 (07)

Ça n'est pas la "vraie" grotte, mais sa réplique exacte, la seule qui peut être visitée pour que l'originale soit préservée. Sa découverte récente (1994, c'est bien peu à l'échelle de l'histoire de l'humanité !) a profondément bouleversé nos connaissances sur l'art préhistorique : les plus anciennes peintures comportent parmi les plus vieilles du monde (elles ont autour de 35 000 ans).

Que dire de plus ? C'est impressionnant, beau, émouvant, et la visite nous renvoie aux origines de l'art, à l'expression parfois mystérieuse des sentiments et de la vision du monde qu'avaient nos lointains ancêtres !

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter en Ardèche (et ailleurs !) sont sur la Time Machine.

Étape 5 : Gap > Privas

A peine arrivés dans les Alpes, nos amis cyclistes s'en vont déjà... Mais pour rejoindre l'Ardèche, c'est une traversée de petites routes pittoresques qu'ils vont découvrir, au coeur des Préalpes et des Baronnies et entre Hautes-Alpes, Drôme et Ardèche. Ponts romains, château perché, splendide prieuré (et sa mosaïque) médiéval sont au programme !

Crédits : Marianne Casamance / CC BY-SA

Prieuré de Rosans (05)

Une petite merveille trop méconnue, et pourtant connue des spécialistes du Moyen Âge, pour son architecture mais surtout pour sa très belle mosaïque.

Fondé vers l'An Mil, ce prieuré conserve de bien beaux vestiges des constructions des XIe-XIIe s. typiques de l'architecture provençale. Vous admirerez ses magnifiques colonnes et chapiteaux, ses frises et décors, le tout très inspiré de l'Antiquité ! Et surtout, la mosaïque vaut le détour à elle seule ! Découverte dans les années 1980, et réalisée par le même atelier que celle de Ganagobie, elle recouvre le sol de l'abside et de la travée. Elle figure de splendides décors géométriques, un éléphant et des griffons et des inscriptions. Immanquable !

Crédits : ArchéOdyssée

Petites merveilles des Baronnies (26)

Je vous ai déjà présenté ce petit tour dans les Baronnies. Ça tombe bien, il est sur la route du Tour ! Alors ne manquez pas ce parcours sur des petites routes de montagne, dans des paysages de moyenne montagne au carrefour des Alpes et de la Provence. Un petit pont romain (Villeperdrix), un splendide et inaccessible (ou presque) château du Moyen Âge perché sur son rocher (Cornillon) et un splendide petit village (Saint-May, lui-aussi perché !) vous attendent. Retrouvez le parcours en détail ici.

Crédits : Toutaitanous / CC BY-SA

Pont romain de Viviers (07)

Pas très loin de l'arrivée, un petit détour par Viviers s'impose, car cette très jolie petite ville a été, dès la fin de l'Antiquité, le siège d'un évêché (qui était auparavant dans la ville voisine d'Alba - nous en parlerons demain !). On retrouve encore dans les imposants monuments les traces de la prospérité de la ville, au moins jusqu'à la Révolution.

Attardez-vous surtout sur le très beau pont qui franchit l'Escoutay. Aujourd'hui désaffecté, il a été endommagé par des nombreuses crues et régulièrement reconstruit au Moyen Âge et à l'époque moderne. Mais examinez bien les bases de la plupart des arches, en petits blocs : elles sont les vestiges de l'imposant pont (plus de 100 m) qui menait les voyageurs dans la vallée du Rhône et vers la capitale Alba dans l'Antiquité.

Et n'oubliez pas, les autres sites à visiter sont sur la Time Machine.

Étape 4 : Sisteron > Orcières-Merlette

Première grosse étape avec quelques beaux passages dans les montagnes. Alors pour faire passer tout ça, c'est la bagatelle de 3 petites pauses que nous vous proposons sur le parcours : une bataille entre empereurs romains, les ruines d'un château et un étonnant village abandonné !

Crédits : ArchéOdyssée

La Bâtie-Montsaléon (05)

On a du mal à imaginer que ce paisible petit village a eu une histoire fort mouvementée : en 353 a eu lieu une bataille entre Constance II et l'usurpateur Magnence, bataille décisive pour le partage de l'Empire. Elle est située près de Mons Seleucus, petite ville connue par les sources antiques, mais dont rien ne subsiste aujourd'hui. Quelques panneaux rappellent toutefois ce riche passé antique.

On l'a oublié, mais de très grandes fouilles ont été menées entre 1801 et 1805, parmi les premières fouilles archéologiques d'envergure en France ! On en conserve des plans, des relevés et de nombreux objets, inscriptions et statues. Quelques fouilles récentes ont mis au jour un grand sanctuaire, mais également la preuve d'une occupation dès l'époque républicaine. Et surtout, le lieu est connu par la présence d'une immense maison, édifiée sur le plan de la domus romaine classique, et qui s'étendait sur au moins 3500 m² !

Crédits : Arnaud-Victor Monteux / CC BY-SA

Château de Lesdiguière (05)

Les ruines de château édifié à la fin du XVIe s. sont impressionnantes : on prend la mesure de l'importance de la forteresse bâtie par un très important personnage du royaume de France, le Duc de Lesdiguières. Ce noble local a gravi les échelons durant les guerres de religion, jusqu'à devenir connétable de France, officier le plus gradé de l'armée ! Il sera d'ailleurs le dernier à porter ce titre.

Le château a été détruit en 1692 par les mercenaires du Duc de Savoie, et progressivement démembré. On en voit encore une partie de l'enceinte ainsi que les six tours, et différents espaces qui constituent le château. Une seconde enceinte extérieure rectangulaire est également conservée : c'est la partie qui permettait à la population de se mettre à l'abri en cas d'incursions et de danger ! Chose amusante : c'est sans doute l'un des derniers châteaux de ce type, sur le modèle de la forteresse défensive médiévale, à une époque où les château d'agrément commencent à fleurir !

Crédits : ArchéOdyssée

Village de Faudon (05)

Une petite excursion qui vous demandera seulement un écart par rapport l'arrivée de l'étape ! Mais quelle surprise vous aurez en découvrant ce village en pierre sèche, ces enclos, ces cabanes adossées aux rochers, sur une petite pente qui domine le vallon et son petit lac ! Un site réellement mystérieux, dont les origines remontent au Moyen Âge. Quelques découvertes témoignent même d'une occupation du site dès l'époque gauloise et l'époque romaine. Rien n'est resté de l'histoire de ce grand village : village pérenne ou temporaire ? Village lié à des pratiques spécifiques (fenaison, élevage) ? Quand a-t-il été abandonné ?

Une chose est certaine : faites le petit effort de monter jusqu'à la tour Saint-Philippe, et vous aurez un splendide panorama à 360°, avec une vue sur l’étonnante petite plaine, plate comme la main, d'Ancelle.

Et n'oubliez pas, les autres sites à voir dans les Hautes-Alpes sont sur la Time Machine.

Étape 3 : Nice > Sisteron

Crédits : Ville de Digne

Cathédrale de Digne (04)

Un superbe parcours dans les paysages de l'arrière-pays des Alpes-Maritimes et dans les Alpes de Haute-Provence. Reliefs accidentés, petits vallons, défilés et tout ça noyé sous le soleil et la végétation méditerranéenne, c'est sans doute l'une des plus belles régions de France !

Sur la route du Tour, arrêtez vous à Digne, petite bourgade qui fut, il y a 2000 ans, une petite ville romaine (Dinia). La crypte archéologique vous fera découvrir ce passé antique, mais aussi la première église chrétienne, construite sur des ruines vers le Ve siècle (ne manquez pas la splendide mosaïque !). Comme souvent, la ville a été le lieu où se sont développés les premiers grands lieux de culte, souvent autour d'aristocrates qui ont fédérés une communautés de convertis.

Pour prolonger vos pérégrinations, n'hésitez pas à emprunter le chemin des écoliers, et à suivre les traces de Dardanus, dans notre circuit autour de la mystérieuse Théopolis et des premiers chrétiens de Gaule.

D'autres lieux de culte paléochrétiens : baptistère de Fréjus (83), Riez (04), Aix-en-Provence (13), Poitiers (86), basilique d'Andernos (33), cathédrale de Genève (Suisse), basilique de Saint-Bertrand-de-Comminges (31), église saint-Pierre de Grenoble (38), église de Civeaux (86).

Les autres sites à voir dans les Alpes de Haute-Provence sont sur la Time Machine.

Étape 2 : Nice Haut Pays > Nice

Crédits : Berthold Werner / CC BY-SA

Le Trophée de La Turbie

Colossal, monumental et majestueux. Des superlatifs pour ce monument antique en partie détruit sur ordre de Louis XIV (car il pouvait servir de forteresse !), et reconstruit grâce à un mécène américain dans les années 1930. Mais qu'est ce que ce trophée ?

C'est un monument édifié vers 7-6 av. J.-C. sur ordre d'Auguste pour célébrer sa victoire sur l'ensemble des peuples alpins. Grand soulagement pour Rome, qui pouvait enfin faire circuler armées, commerçants et voyageurs sans crainte de se faire harceler et détrousser par les montagnards ! Le monument s'élevait au dessus de la voie pour que tout voyageur se rappelle des campagnes victorieuses, et surtout de son général ! Une inscription rappelle le nom de tous les peuples vaincus : un inventaire à la Prévert encore une fois pour rappeler le prestige du vainqueur.

Une chose est certaine, le monument a eu le but recherché : on s'en souvient encore 2000 ans plus tard !

D'autres trophées en Gaule romaine : ce type de monument est bien rare dans le monde romain, mais on peut voir le Trophée de Pompée (66), la tour d'Urkulu (Espagne) et celui de Saint-Bertrand-de-Comminges (exceptionnels éléments sculptés conservés au musée).

Les autres sites à voir dans les Alpes-Maritimes sont sur la Time Machine.

Crédits : Philippe_Kurlapski / CC BY-SA

La Vallée des Merveilles

Cette vallée perchée est mondialement réputée pour ses milliers de gravures (plus de 40 000 !) de l'âge du Bronze, mais aussi de périodes plus récentes. Sur de grandes dalles rocheuses, dans la vallée des Merveilles, le vallon de Fontanalba et autour du Mont Bégo, on retrouve des figures très variées : humains, animaux (bovins principalement), formes géométriques, armes, etc. Leur signification précise est encore discutée, mais les hypothèses les plus sérieuses considèrent que chaque symbole correspond à une idée, une notion (une sorte de langage imagé). La concentration de ces symboles en haute-montagne signifier que le lieu était celui où se déroulaient d'importants rites, peut-être autour d'une montagne divinisée (le Mont Bégo).

Gravures médiévales et modernes rappellent également la forte fréquentation par les bergers, mais également l'armée, à un emplacement stratégique important sur la frontière avec l'Italie. Les spécialistes de l'Antiquité connaissent également une inscription latine plutôt grivoise, dont nous ne reproduiront pas la traduction !

D'autres gravures de l'âge du Bronze : en France, d'autres gravures du même type ont été repérées dans les Alpes, dans la vallée de la Maurienne ou en Ubaye, mais elles sont souvent isolées et peu nombreuses. On en trouve en grand nombre sur le versant italien et ses petites vallées latérales (vallée de Suse, Valpolicella, Valchiusella, etc). Le Valcamonica (province de Brescia) est sans doute le site le plus riches (200 000-300 000 gravures), avec des gravures datées entre le Mésolithique (7 000-5 000 av. J.-C.) et l'époque moderne. Petite différence : ce sont les gravures de l'âge du Fer (1er millénaire av. J.-C.) qui sont largement majoritaires.

Les autres sites à voir dans les Alpes-Maritimes sont sur la Time Machine.

Étape 1 : Nice Moyen Pays > Nice

Crédits : Eric Coffinet / Domaine public

Cimiez (06)

Avec une étape dans l'arrière-pays niçois, impossible de manquer Cimiez et les vestiges de la ville romaine de Cemenelum : spectaculaires thermes, amphithéâtre et baptistère qui rappelle le développement du christianisme à la fin de l'Antiquité.

Chose curieuse : la ville romaine cohabite avec une autre ville très proche, Nikaïa, ancien comptoir grec. C'est l'opposition entre la ville côtière tournée vers le commerce et la ville de montagne, particularité niçoise encore d'actualité !

Nikaïa vivra quelques siècles dans l'ombre de sa voisine, capitale de la province des Alpes Maritimes. C'est seulement à la fin de l'Antiquité que l'abandon de Cimiez profite au centre urbain plus proche du littoral, qui se développe pour devenir l'ancêtre de la ville actuelle.

D'autres villes romaines : Glanum (13), Gaujac (30), Compierre (58), Corseul (22), Tours (37), Lausanne, Nyon et Genève (Suisse), Saint-Bertrand-de-Comminges (31), Eauze (32), Argentomagus (36), Sanxay (86), Die (26), Saint-Romain-en-Gal (69), Vieux (14)

Les autres sites à voir dans les Alpes-Maritimes sont sur la Time Machine.


Nouvelle étape de montagne, avec une nouvelle fois quelques étonnants sites antiques et du Moyen Âge à explorer sur le parcours. Alors laissez les coureurs pédaler et faites quelques petits écarts dans le temps !